0

Ne jamais tomber amoureuse – Melissa Marr

50178846

Résumé : Aislinn les voit depuis toujours, lui et les siens. Aussi cruels que séduisants, ils se déplacent sans bruit dans le monde des mortels. Depuis quelques jours, l’un d’eux poursuit inlassablement Aislinn. Il chuchote à son oreille qu’elle est l’Élue. Aussi charmée que terrifiée, Aislinn le repousse de toutes ses forces. Jusqu’au jour où il lui révèle pourquoi il a tant besoin d’elle…


Mon avis : 3/5

Nombre de pages : 377
Éditeur : Albin Michel
Collection : Wiz
Langue : Français
Prix : 14.20 €

Surtout ne pas se fier au titre un peu fleur bleue et au résumé assez vague. L’histoire est bien plus complexe qu’elle n’y parait. Les deux héros ont chacun quelqu’un dans leurs vies ce qui complique un peu les choses mais les pimentent aussi. Non, vous ne serez pas face à un nouveau Edward et une nouvelle Bella, loin de là ! Mais ce n’est pas pour autant que vous ne vous attacherez pas à Keenan et Aislinn.

Je n’étais pas une habituée des mondes féeriques à proprement parler avant de lire ce livre (sauf si on prends en compte le nombre important de fois où j’au regardé le dessin animé « Zak et Crysta » quand j’étais petite). Avec ce livre j’en ai pris plein les yeux, ou du moins plein la tête. On atterri dans un monde peuplé de fées et autres créatures étranges, et gare à ceux qui pensent qu’elles sont toutes adorables. Certains sont d’une cruauté sans limite !

50178849

Je regrette cependant que le titre anglais n’est pas était gardé, et aussi la couverture tant qu’on y est. Pour la couverture, j’avoue que c’est juste une préférence esthétique, par contre concernant le titre anglais « Wicked Love » (en français « Amour diabolique ») je le trouve plus en adéquation avec l’histoire que le titre français qui lui donne l’impression d’une énième histoire d’amour gnan-gnan.

Publicités
0

Valentine’s Day

72197188

Résumé : Pour plusieurs personnes, le 14 février est l’occasion de prouver leur amour aux êtres chers. Mais pour certains, comme Kara Monahan, publicitaire de renom, ce n’est qu’une occasion supplémentaire de rappeler aux célibataires leur solitude obligée. À Los Angeles, le fleuriste Reed vit l’une des plus lucratives journées de l’année, pendant que Kelvin, un journaliste sportif affecté aux faits divers pour la journée, doit faire un reportage barbant sur la St-Valentin en interrogeant des gens dans la rue. Le footballeur Sean Jackson donne, quant à lui, une conférence de presse sur son avenir, alors que Holden discute avec Kate dans l’avion en direction de Los Angeles.


Mon avis : 2.5/5

« Valentine’s Day » est une comédie sympa mais il n’y a réellement que quelques passages qui m’ont vraiment fait rire. Réalisé par Garry Marshall, un habitué des romances hollywoodiennes : Pretty woman, Princesse malgré elle, Just maried… Ce film n’est pas pour autant une grande réussite !

Comme je vous le disais, seulement quelques scènes m’ont fait rire. L’une d’elles est celle où Taylor Swift, une cheerleader légèrement naïve, nous bombarde de chorégraphies originales sur fond de déclaration d’amour et de baisers langoureux alors qu’elle est interviewée par une chaine locale. D’ailleurs, je suis un peu déçue par la finalité de son couple (dans le film) avec Taylor Lautner. Crédibilité : 0 / Too Much : 1000000000 !!!

tumblr_mi82wjjjts1rshsako5_250

Le reste est une succession d’acteurs célèbres, véritables point fort du film. Car, malgré l’abondance de têtes connues, le scénario, lui, ne vole pas très haut. On compare « Valentine’s Day » a « Love Actually » : grosse erreur ! Le premier est bâclé alors que le second est plein de charme et de profondeur.

100212-valentines-day-moviejpg-dd1f6e8ce6026ee0_large VALENTINES DAYValentines-Day-2010-001 ValentinesDay-120809-0001

« Valentine’s Day » essais quand même de rajouter un peu de suspense et de profondeur mais la sauce ne prends pas. Ainsi je n’ai pas été touchée plus que ça par le couple homosexuel ou par le parent qui revient d’Irak afin de retrouver son enfant. Peut-être qu’il y a finalement trop de personnages, c’est pas évident de garder un bon rythme avec autant de têtes. N’est pas Richard Curtis (réalisateur et scénariste de Love Actually) qui veut !

Le film se termine avec Julia Roberts qui nous fait un petit clin d’oeil à un film très connu, tourné aussi avec Gary Marshall.