Son
0

All the right moves – OneRepublic

Est-ce Halloween, le dernier épisode de « Vampire Diaries » ou tout simplement mon goût prononcé pour le rococo mélangé au moderne, le tout caché derrière des masques à la « Marie Antoinette » de Sofia Coppola mais voici une musique qui me trotte dans la tête depuis plusieurs jours et le clip lui aussi tourne en boucle dans mon cerveau !

Publicités
1

Orgueil & Préjugés (1940)

MovieCovers-105446-105446-ORGUEIL ET PREJUGES (1940)

Résumé : Elizabeth Bennet est la cadette d’une famille de cinq soeurs dont l’unique souci de la mère est de les marier. Au cours d’un bal elle fait la rencontre du riche et élégant Mr Darcy dont la froideur la persuade de son trop grand orgueil…


Mon avis : 2/5

J’ai un peu fait les choses à l’envers dans mon visionnage des adaptations du célèbre roman de Jane Austen. Le plus vieux a donc été le dernier. J’étais assez pressée de découvrir Laurence Oliver incarner Mister Darcy. Pour moi un acteur pareil que lui ne pouvait pas faire de faux pas.

Et bien j’avais tord ! Cela dit ce n’est pas l’acteur, ou un autre, qui est en remettre en question, mais plutôt le scénariste. Quelle déception de voir que tant de libertés avaient été prises avec l’histoire, et ce au point de devenir complètement incohérent avec l’oeuvre originale.

Mais de qui se moque t'on ?

Mais de qui se moque t’on ?

 Le film débute avec une information qui aurait du être supprimée aux vues des décors et costumes : « Cela se passe dans la vieille Angleterre… dans le village de Meryton ». Bien sûr, en Angleterre à l’époque Georgienne on s’habillait comme aux Etats-Unis aux alentours de la guerre de Sécession. C’est tout à fait crédible ! En fait il faut savoir que le film a réutiliser les costumes de « Autant en emporte le vent » pour des raisons économiques, guerre oblige. Je n’ai rien contre ce genre de liberté, mais dans ce cas il faut jouer la carte Sécession à fond et ne pas juste se dire « C’est bon, ils ne verrons pas la différence ». Pourquoi ne pas avoir placer l’histoire à cette époque. Car même si le roman de Jane Austen gagne beaucoup à se dérouler dans une Angleterre en pleine régence, je pense que le plus important est les interactions entres les personnages.

painting,regency,fashion-ae56760f0492f8dcf798b32d43dade8f_h tumblr_mr694wcfQb1qm2e3qo1_500

Cela dit, ce problème d’époque et de costumes et décors clinquants font qu’on ne saisit pas tout de suite le fossé entre la famille Bennet et Mr Darcy. Sans parler qu’ici vous ne verrez pas Lizzie allait se ressourcer dans la nature. Non, quasiment tout se passe à l’intérieur dans ce film.

À ce stade on espère que le scénario, lui, ne sera pas décevant, malgré les incohérences temporelles. Et bien là aussi rien n’est respecté ! « Orgueil et Préjugés », un roman relatant la relation glaciale puis amoureuse d’Elizabeth Bennet et Mr Darcy doit être dans la finesse, la subtilité. Les choses doivent être presque suggérées. Ici Mr Darcy est un grand passionné expansif, bien loin du héros masculin tiraillé entre son coeur et sa raison. Si pour Jane Austen un regard ou un mot suffisent à exprimer tout l’amour qu’il éprouve pour Lizzie il n’est pas de même pour Robert Z. Leonard (réalisateur du film). Lui a préféré que les choses soient claires, dès fois que le public soit un peu niai.

Oh bein oui, s'embrasser avec fougue à l'époque devant le tout devant, c'est très crédible.

S’embrasser avec fougue à l’époque devant le tout devant, c’est normal…

Le comble reste quand même le passage où Lady Catherine de Bourgh, qui dans l’histoire de Jane Austen ne veut qu’une chose qui est de marier sa fille à Mister Darcy comme cela l’a été programmé depuis leur naissance n’est pas du tout respectée, donne ici sa bénédiction à Lizzie. Heureusement cela se passe à la fin du film, sans quoi je crois que d’agacement j’aurais arrêté le film en plein milieu.

 Vous l’aurez compris, je n’ai pas aimé ce film. Je pense que le seul moyen pour l’apprécier et de ne pas connaitre le roman de Jane Austen. Et qu’encore, j’ai des doutes…

0

Le Plan B

57840833

Présentation : Lassée d’attendre un hypothétique Prince Charmant, Zoe a décidé de faire un bébé toute seule. Le jour même de l’insémination, elle rencontre Stan, qui pourrait bien être l’homme dont elle rêvait… Zoe se rend vite compte que démarrer à la fois une grossesse et une histoire d’amour est plutôt compliqué, surtout lorsque l’homme n’est pas le père de l’enfant, et qu’en plus il ne sait même pas qu’elle est enceinte… De son côté, Stan a bien du mal à comprendre Zoe, qui tente de cacher les premiers signes de sa grossesse. Ils ne savent rien l’un de l’autre, chacun a ses propres doutes, le bébé sera bientôt là et la vie s’acharne à les placer dans les situations les plus impossibles… Tout le monde peut tomber amoureux, se marier et avoir un bébé. Mais prendre les choses à l’envers et commencer par le bébé, c’est une autre aventure…


Mon avis : 3/5

Il y a des films qu’on irait pas voir au cinéma (à 10 euros la place on est obligé de sélectionner) mais on ne dit pas pour autant non à une petite séance chez toi dans l’intimité de son salon. Cette aprem, afin de faire une pause entre deux demandes de stages, je me suis plongée dans un film dont l’intrigue ne demande pas plus de trois neurones : Le Plan B.

Je ne suis pas une grande fan de Jennifer Lopez, que ce soit en tant que chanteuse ou actrice (mis à part dans le film « Plus jamais » où elle campe une jeune femme battue qui tiens à prendre sa revanche) mais que voulez- vous, Alex O’Loughlin avait certains bons arguments afin de me pousser à appuyer sur la touche « play ».

Oui, c'est bien toi

Ce film est une comédie romantique comme il y en a beaucoup, à l’exception qu’ici les choses se font à l’envers. Jennifer Lopez, alias Zoé, veut un bébé à tout prix et décide de l’avoir toute seule grâce à une insémination artificielle. Et alors qu’elle se dirige tout droit sur la route des mères célibataires, elle tombe sur Stan, une charmant producteur de fromages qui aime se promener torse nu sur sa propriété et ce pour notre plus grand plaisir !

Il va de soit qu’entres eux ça va faire « tilt » et que l’insémination de Zoé va marcher. C’est dont enceinte que son histoire avec Stan va commencer. Alors qu’ils devraient être en pleine phase passion ils vont devoir affronter les montés d’hormones, les rendez-vous chez l’obstétricien, les préparations à l’accouchement, la prise de poids, etc…

large

L’histoire en soit n’est pas très originale, car au final c’est comme dans toutes les comédies romantiques : ils se rencontrent puis vient l’élément perturbateur qui va les mettre à mal et tester la solidité de leur couple. Cependant, quelques scènes assez drôles et le beau Alex O’Loughlin font de ce film un moment sympathique !