0

Et les fashionistos, on en parle ?!

tumblr_ltotbitw4K1ql4huuo1_r2_500

Comme son alter ego féminin, le fashionisto ne laisse rien au hasard lorsqu’il est question de son apparence. Véritable ambassadeur du style, il n’hésite pas à se lancer dans des cascades vestimentaires en associant couleurs pétantes et motifs.

Son attitude : savant mélange d’assurance, de froideur et d’arrogance, suffit à le faire passer du coté des avant-gardistes plutôt que des incompris.

Ce Dorian Gray des temps modernes, grand fantasme de la gente féminine, se verra cependant préféré sous forme de papier glacé. Il faut dire qu’avec lui, votre traditionnel : “Tu la trouves jolie ma robe ? ” deviendra vite : “Ton costume est grandiose !”. Mais comment résister à un tel homme ? Car oui, c’est bien un homme, un vrai Alors oui, il n’est pas un gros dur cloné sur Charles Ingalls, qui coupe du bois et porte la barbe. Mais chez lui, tout est dans l’attitude et le phrasé, la subtilité bref ! Et lorsque Ed Westwick et son assurance légendaire sort son cultissime : « I’m Chuck Bass », je défis quiconque de dire que ce n’est pas viril au possible !

D’ailleurs en parlant de Chuck Bass, il semblerait qu’il soit LE fashionisto par excellence. La preuve en images.

695149166951494469514926

Alors, convaincu par le genre fashionisto ?

0

Queen Betsy, Tome 4, Vampire et Irrécupérable – Mary Janice Davidson

66446280

Résumé : Betsy Taylor, la reine des vampires, est en pleine préparation de son mariage de rêve avec le superbe Eric Sinclair. Alors, hors de question que des histoires de mort se mettent en travers de son chemin ! Malheureusement, des fantômes la harcèlent pour qu’elle leur fasse justice et un tueur en série se balade dans la nature. Ses victimes, grandes et blondes, lui ressemblent étrangement. À mi-chemin entre Confession d’une accro du shopping et Le Diable s’habille en Prada.


Mon avis : 4/5

Nombre de pages : 256
Éditeur : Milady
Collection : Bit Lit
Langue : Français
Prix : 6.10 €

Ce week-end j’ai couru chez Virgin pour me procurer le dernier tome de la saga vampirique « Queen Betsy ». Deux mois que je l’entendais… Le livre n’a pas fait un pli !

Toujours aussi drôle, j’ai été ravie de retrouver toute la fine équipe : Betsy, Jess, Marc, Eric, Tina, Laura… Dans ce quatrième tome, l’héroïne prépare son mariage, mais comme toujours, des soucis viennent perturber son train de vie de reine des vampires. Parmi eux : un serial killer rode en ville. Il kidnappe de grandes blondes, pour les étrangler et les laisser morte à moitié nue sur des parkings. Étant donné que Betsy a aussi la capacité de voir les fantômes, elle fini vite par devoir aider une des victimes du meurtrier.

Le coup du tueur des parkings est l’énigme centrale du roman, et en comparaison au trois autres tomes je l’ai trouvé un peu plus légère et bâclée. Moins captivante. Mais ce n’est qu’un aspect de l’histoire. Betsy, bien que reine des vampires, reste très « humaine » dans sa façon de vivre, du coup c’est plutôt sa vie personnelle qui est mise au premier plan. Et de ce coté là, aucune déception ! On retrouve des dialogues truffés d’humour. J’ai explosé de rire plusieurs fois.

Je suis littéralement fan de cette saga. J’adore le ton décalé que prend l’auteur. On est très éloigné des histoires de vampires qu’on connait aujourd’hui. Pour vous dire, Betsy décide même d’écrire une rubrique « Aide aux vampires » (un style de courrier du cœur amical) dans la newletter vampirique… On est loin des clichés, je vous l’avais dit !

Et puis il y a Sinclaiiiir ! Encore est toujours aussi musclé et ténébreux. Quoi que cette carrure d’armoire à glace ne l’empêche pas d’avoir peur d’un sapin de noël. Il faut dire que les vampires ne supportent pas tout ce qui se rapproche de près ou de loin à la religion. Effet affaiblissant garanti (sauf pour la reine Betsy) ! Du coup, la scène où Sinclair se cache sous les draps, expliquant que le sapin lui pompe ses forces est très drôle.

Pour finir, bien que l’intrigue soit le petit point faible de ce tome, je lui donne un bon 16/20. Et maintenant, je dois patienter pour la sortie du tome 5, qui pour le moment n’a aucune date officielle… aie !

P.S : On oublie pas d’admirer la superbe couverture qui est l’œuvre de mon illustratrice adorée, j’ai nommé : Diglee !

0

Je peux t’appeler Jean-Pierre – Pauline Perrolet

66383744

Résumé : Elle, c’est Pauline. Au bout de son crayon s’agitent Vanille, Lola, Josiane ou Laurence. Vous, votre soeur, votre mère, votre voisine ou the girl next door. Romantiques, cyniques, drolatiques : voici des portraits de femmes inoubliables. Comme vouzémoi !


Mon avis : 4/5

Nombre de pages : 100
Éditeur : Pocket
Collection : Bulles Blogs
Langue : Français
Prix : 7 €

Plus besoin de vous dire que je suis fan du travail de Pénélope Bagieu. Les habitués du blog l’auront surement remarqué. En plus d’aimer son travail, j’apprécie ses critiques, et dernièrement je suis tombée sur une vidéo où elle parle de cette bd. Du coup ça m’a donnée envie de l’acheter. Surtout qu’elle est sortie en version poche au prix de 7€, on aurait tord de s’en priver !

J’ai tout de suite accroché avec ces brèves féminines à l’humour grinçant. Pauline Perrolet nous présente des femmes vraies de tout âge, drôles, parfois touchantes. J’ai même envie de dire qu’on à tendance à se reconnaitre dans plusieurs portraits (je ne préciserai pas lesquels afin de garder un semblant de dignité…).

Ahhhh la jeunesse...

Ahhhh la jeunesse…

Je ne peux que vous pousser à acheter cette BD. Elles conviendra à toutes les femmes, et même aux hommes, qui comprendront toute la complexité du cerveau féminin.

Son
0

Lilly Wood and The Prick

Une envie de partager avec vous mon ambiance musicale de la semaine : « Lilly Wood and the Prick ». Leurs mélodies ont résonné du lundi au vendredi dans mon bureau au boulot. Une sorte de muse m’aidant à trouver l’inspiration et me faisant oublier tous les amis qui sont en ce moment dans le sud, à la mer, sirotant des boissons fraiches et lézardant dans un fond de chant de cigales…

« Lilly Wood and the Prick » n’est pas seulement un groupe qui s’écoute mais aussi qui se regarde grâce à une scénographie décalée et funky !

Down The Drain

It’s OK

This is a Love Song

0

Les vacances de Jésus et Bouddha, Tome 1 – Hikaru Nakamura

66266790

Résumé : Jésus et Bouddha ont décidé de louer un petit appartement à Tokyo et d’avoir la vie ordinaire de n’importe quel citoyen ordinaire. Ils se promènent dans la rue, ils observent les humains, ils prennent des vacances, ils font les boutiques… Bref, la vraie vie, quoi ! Après quelques millénaires passés à travailler pour le bien de l’humanité, ils ont bien le droit de penser un peu à eux, non ? En théorie, aucun problème. En pratique, les choses ne sont pas aussi simples. Car ils ne sont pas des citoyens comme les autres, justement, et leur apparence physique ne les met pas à l’abri de rencontres inattendues et de mésaventures parfois fâcheuses, quand elles ne sont pas tout simplement drolatiques !


Mon avis : 2,5/5

Nombre de pages : 192
Éditeur : Kurokawa
Langue : Français
Prix : 6.80 €

Dans le cadre de « Masse critique spécial BD » du site Babelio, j’ai eu pour mission de lire ce manga et d’en faire la critique. Un style que j’ai encore du mal à apprécier.

L’intrigue est pas mal. Le coup de Jésus et Bouddha en vacances sur terre après plusieurs millénaires de dur labeur promet des anecdotes hilarantes. L’un dans l’autre on sourit plusieurs fois durant cette lecture, et par moment on rit. On découvre un Bouddha assez timide et près de ses sous, qui ne demande qu’une chose, avoir une DS light pour martyriser un chiot virtuel et se faire enfin détester. En effet, il ne supporte plus d’être l’ami des bêtes, quelle que soit la situation. Quant à Jésus, il est comme un enfant, il saute partout et s’extasie de tout ce qu’il voit sur terre. Grand fan de manga et de karaté, il a même un blog et un compte Facebook.

lesvacancesdejesusetbouddha1

J’ai particulièrement aimé l’épisode où nos deux héros pensent à des affiches de communication. Jésus ne supporte plus d’être uniquement représenté à moitié mort sur une croix, et Bouddha aimerait qu’on le représente moins gros. Il a perdu du poids et n’apprécie pas qu’on lui rappelle constamment son ancien physique. Le coté « On va moderniser la religion » sonne très juste, surtout à notre époque. D’ailleurs, il y a quelques mois j’étais tombée sur des affiches représentant des hommes d’église, une sorte de publicité de la religion. Comme quoi, c’est bien dans l’air du temps.

En fait, ce qui m’a le plus gênée c’est le graphisme, je l’ai trouvé trop « dur ». Étant donné que nous sommes face à une histoire drôle, j’aurais apprécié des traits plus souples, mais je pense qu’il s’agit là d’un soucis très personnel. Je ne suis vraiment pas faite pour les mangas, mais un de temps en temps, pourquoi pas, surtout lorsqu’ils sont décalés comme « Les vacances de Jésus et Bouddha ».

0

Last night

LASTNIGHT_4sht

Résumé : Joanna et Michael vivent à New York. Aucun nuage, aucun doute n’est jamais venu assombrir leur union, jusqu’à ce que chacun d’eux soit tenté, la même nuit… Pendant que Michael est en déplacement professionnel avec Laura, jeune femme aussi attirante qu’énigmatique, Joanna recroise Alex, l’autre grand amour de sa vie. Les 36 heures qui suivent vont obliger chacun à faire des choix…


Mon avis : 3,5/5

J’ai vu ce film il y a quelques semaines, et je tenais à glisser mon avis sur ce blog car il a remis en question ma vision sur l’infidélité. Jusqu’à aujourd’hui j’avais un avis bien tranché sur ce sujet. En clair, si l’homme avec qui je suis me trompe, il prend la porte direct ! Maintenant, ou plutôt, après avoir vu ce film, j’aurais tendance à dire « Discutons afin de voir ce qui t’a poussé à aller voir ailleurs… ». Bien sur, j’imagine qu’il est dur de pardonner, mais au fond, c’est quoi tromper ?

last-night-keira-knightley-sam-worthington

Joanna & Michael

Voila la question que pose ce film. Joanna et Michael vivent à New-York et on tout pour être heureux, du moins, en apparence. En effet, mariés trop jeunes, il semble évident que le couple est de plus en plus fragile. Ils s’aiment encore, c’est indéniable, mais cela ne parait plus suffire. Lorsque Joanna découvre que Laura, la nouvelle partenaire (de boulot) de son mari est une superbe brune (Eva Mendes), elle comprend qu’il y a anguille sous roche. Michael fini par avouer son attirance pour la jeune femme, mais jure ne jamais avoir été tenté de tromper sa femme, et que cela ne se produira en aucun cas. Des paroles tout juste assez réconfortantes pour le laisser partir en voyage d’affaire avec la dite bombe sexuelle.

Deux jours loin l’un de l’autre, deux jours où tout peut arriver, surtout lorsque votre ancien petit ami débarque (Guillaume Canet) et que votre collègue de travail se révèle être une véritable chaudière. Joanna, en retrouvant Alex, replonge dans un passé accompagné de regrets. Leur relation n’a duré que quelques mois à Paris. Elle venait de se séparer de Michael, et avait trouvé en Alex une sorte de double. Écrivain tout comme elle, il lui a fait découvrir la vie parisienne bohème. Un bonheur de courte durée qui les a marqué tous les deux. Par la suite Joanna est retourné auprès de Michael, qui n’a jamais rien su de son histoire d’amour avec Alex.

Joanna & Alex

Joanna & Alex

last-night-eva-mendes-sam-worthington

Michael & Laura

Pendant ces deux jours, et surtout pendant cette nuit, Michael va coucher avec sa collègue. Une relation qui semble uniquement physique, du moins pour lui. On sent qu’il aime sa femme, et qu’il a juste craquer fasse à une envie purement « hormonale » (l’alcool aidant). Par contre, du coté de Joanna, les choses sont différentes. Bien qu’étant encore extrêmement attirée par Alex, elle prend sur elle de ne pas passer à l’acte, l’adultère étant quelque chose d’impensable pour Joanna. Bon, elle se laisse cependant embrasser, mais comment lui en vouloir. Vous vous retrouvez coincé dans un ascenseur avec Guillaume Canet, et il vous saute à la bouche. Vous faites quoi ? Moi je suis trop gentille, je refuserais de briser son petit cœur en le repoussant.

Le film fini sur un couple qui se retrouve et qui semble parti pour ne jamais rien se dire de cette nuit. Joanna, malgré les demandes d’Alex de repartir avec lui à Paris, est restée à New York. Elle semble anéantie. Et là on se demande qui des deux trompe le plus l’autre ? Michael qui a couché avec sa collègue de travail sans pour autant avoir de sentiment pour elle ? Où Joanna qui enfouit ses sentiments pour Alex afin de sauver son mariage ?