0

La saga des anges déchus, Tome 2, Crescendo – Becca Fitzpatrick

67731090

Résumé : Parfaite ? Ce n’est pas un terme que Nora utiliserait pour parler de sa vie. Il faut voir le bon côté des choses, cependant… On a bel et bien essayé de la tuer plusieurs fois, mais elle y a gagné un ange gardien aussi mystérieux qu’attirant : Patch. 
Malgré la tâche qui lui a été assignée, ce dernier est loin de se montrer angélique. Encore plus étrange qu’à son habitude (si c’est possible), il a même décidé de passer le plus clair de son temps avec la pire ennemie de Nora. Sans cette détestable attitude, Nora n’aurait même pas remarqué Scott Parnell, un vieil ami perdu de vue. En dépit de son amour pour Patch, Nora se rapproche de Scott, tout en sachant qu’il lui cache quelque chose. Pourquoi est-il de retour après tout ce temps ? Quel est ce tatouage qu’il tente de dissimuler ? Comme si son esprit n’était pas suffisamment embrumé, Nora voit ses rêves hantés par les images du meurtre de son père. Décidée à éclaircir les circonstances du drame, la jeune fille se jette au beau milieu de situations de plus en plus dangereuses. 
À force de recherches, elle découvrira que certains secrets doivent rester enfouis, car la vérité pourrait détruire tout ce en quoi elle a toujours cru.


Mon Avis :  3,5/5

Nombre de pages : 379
Éditeur : Pocket
Langue : Français
Prix : 7.60 €

Il m’en aura fallu du temps pour me mettre à lire le tome 2 de la saga des anges déchus. Et pourtant j’avais beaucoup aimé le premier tome. Seulement, avec tous les livres qui me tentent et le temps qui me manque j’ai du revoir mes priorités. Mais cette semaine j’ai eu une grande envie de retrouver Patch et Nora, nos deux héros. Étant donné que j’avais lu le premier tome l’été dernier, j’ai eu un peu de mal à me remettre dans l’histoire. Surtout pour toutes les définitions des anges (les néphils, les déchus, les néphilims), mais comme avec le vélo, j’ai vitre réussi à remonter sur scelle.

Avec ce deuxième opus on monte d’un cran (voire deux) dans l’histoire. Becca Fitzpatrick aime nous embrouiller et elle y réussi ! De la première à la dernière page on ne cesse de revoir nos hypothèses. Bien que « Crescendo » soit l’histoire de Nora et Patch, sortes de Roméo et Juliette du 21ème siècle, l’auteur a privilégié l’intrigue. Très bien menée, elle est pleine de rebondissements, et ce, jusqu’à la dernière page.

Un livre qui se termine dans un suspense intenable, et qui donne une seule envie : lire le troisième tome « Silence ». Ce dernier sortira le 4 octobre aux USA, il va donc falloir prendre son mal en patience pour la sortie française.

0

Un Jour

67640442

Résumé : Emma et Dexter passent la nuit ensemble après leur soirée de fin d’étude et décident…de rester amis. Lui est insouciant et frivole, elle est bourrée de complexes. Pendant 20 ans, Dexter et Emma vont s’adorer, se séparer, se détester, se manquer… finiront-ils par comprendre qu’ils ne sont jamais aussi heureux que lorsqu’ils sont ensemble ?


Mon avis : 3,5/5

Hier soir je suis allée voir « Un jour » au cinéma. L’histoire d’amour et d’amitié entre Emma, une idéaliste aimant la poésie, prête à tout pour devenir écrivain, et Dexter, un fils de bonne famille en quête du bonheur. Un film tiré du livre du même nom de David Nicholls. Un bestseller sorti en 2009, et vendu à près d’un million d’exemplaires en Angleterre et aux USA.

L’intrigue se déroule sur vingt ans, principalement en Angleterre, et nous décrit la relation quelque peu ambiguë, oscillant entre amour et amitié, d’Emma et Dexter. On suit leurs vies avec ses hauts et ses bas. Cette recherche du bonheur, tellement omniprésente qu’elle peut vous pousser vers de mauvais chemins. Et ces deux personnages sont comme nous, il ont de vraies réactions, que ce soit vis à vis de l’amour, du travail ou de la famille.

One-Day-one-day-movie-23677880

D’ailleurs, c’est cet aspect là que j’ai apprécié le plus. J’aime les imperfections ! Ras le bol des romances où les personnages ont une vie de rêve à même pas 25 ans, au point que je me dis toujours « C’est moi qui rame où c’est Hollywood qui se fou de ma gueule ».  Je n’en peux plus des films avec des filles riches, belles, à la carrière parfaite, mais qui ne peuvent s’empêcher de pleurer sur leur sort car OH MY GOD elles n’ont personne dans leur vie ! Je ne dis pas que l’amour n’a pas d’importance, loin de là. Mais dans « Un jour » on découvre des personnages qui ont des espérances, qui prennent des décisions puis les remettent en question, et qui parfois se trompe. Chose qui est assez normale sur vingt ans. Car, dans la vraie vie, ça demande souvent des années avant de connaitre le bonheur, voire même de savoir ce qui peut nous l’apporter. Mais une chose persiste envers et contre tout : ce lien fort qui uni Emma et Dexter.

6438_dd16

Sinon, bien que ce film soit sympathique, je suis ressortie quelque peu mitigée de la salle de cinéma. On veut nous montrer cette relation si particulière qu’entretiennent Emma et Dexter, et pourtant je ne l’ai pas complètement ressenti. On se rend compte qu’ils sont très attachés l’un à l’autre, mais le film va trop vite (moins de deux heures contre un roman poche de plus de 400 pages) pour qu’on saisisse leur attachement quasi viscéral.

Mais vous voulez passer un bon moment, allez le voir, il n’est pas mal. Cependant je ne le classerai pas dans mon top dix des romances. La preuve : je n’ai pas lâché une seule larme. C’est un signe, non ?! Surtout moi qui pleure encore lorsque la mère de Bambi meurt.

0

Lost in Austen

lost in austen poster

Résumé : Jane Austen a écrit plusieurs romans, dont « Orgueils et Préjugés » qui a fait rêver des générations de lecteurs. Amanda Price est l’une d’entre eux. Elle voue une véritable passion pour ce livre et notamment pour sa principale héroïne : Elizabeth Bennet. Un soir, dans sa salle de bain, Amanda s’aperçoit qu’il existe un passage pour pénétrer dans cet univers. Bien vite, elle et Elizabeth échangent leurs places, sans se douter que tout ce que que Jane Austen a écrit des siècles auparavant va s’en retrouver totalement changé…


Mon avis : 5/5

J’avais parlé de cette mini série lors de mon article sur « Orgueil et Préjugés ». Puis récemment, après avoir acheté le dvd, je me suis dit que cette mini série méritait que je m’y attarde plus longtemps. J’ai découvert cette histoire il y a deux ans, un peu par hasard, après être tombée sur le livre « Jane Austen et moi » dans une librairie à Montpellier. Par la suite, j’ai cherché sur internet des avis sur ce produit. Et de page en page, j’ai atterri sur une bande annonce de la série. Il se trouve que cette dernière est une sorte de dérivé du livre. La curiosité m’a donc poussée à regarder le premier épisode, avec je dois l’admettre, quelques aprioris. L’idée de mêler fantastique et époque géorgienne me laissait quelque peu sceptique.

67899279 Couverture anglaise.

Mes préjugés (tout comme ceux de Darcy) ont vite laissé place à un énorme coup de coeur ! Amanda Price et une jeune femme anglaise tout ce qu’il y a de plus banal. Elle partage sa vie entre un travail soporifique, une mère encombrante, un petit ami minable et sa passion pour Jane Austen, tout particulièrement le roman « Pride and Prejudice ».

Amanda, une fille comme nous.

Amanda, une fille comme nous.

Un soir, alors qu’elle a rendez-vous avec son histoire préférée et un verre de vin, elle entend des bruits dans sa salle de bain. Quelle ne fut pas sa surprise en découvrant Elizabeth Bennett elle-même, en train de jouer avec un interrupteur. Cette dernière lui explique alors qu’il existe un passage secret menant chez elle, à Longbourn, dans la maison familiale. Par la suite, Amanda est quasiment forcée à passer la fameuse porte, se retrouvant coincée chez les Bennett. On se dit : « Quelle chance elle a. Elle qui a toujours rêvé de rencontrer Mister Darcy, elle va pouvoir réaliser son souhait ». Sauf que tout n’est pas aussi beau et simple dans la réalité.

600full-lost-in-austen-screenshot

Amanda parmi les soeurs Bennett.

Amanda, explique être une amie d’Elizabeth. Elle est accueillie plus ou moins bien dans la maison. La mère, qu’on savait obnubilée par l’idée de marier ses filles, ne voit pas d’un très bon œil l’arrivée de la jeune femme. Pour ce qui est du père (incarné par le fabuleux Hugh Bonneville) et des sœurs, eux, sont beaucoup plus chaleureux. Commence alors pour Amanda une grande aventure à la « Alice au Pays des merveilles ». Obligée de mentir sur ses origines, essayant tant bien que mal de s’adapter, elle ne peut s’empêcher de commettre quelques bourdes (pour notre plus grand plaisir).

Amanda & Mr Bingley : boire ou réfléchir, il faut choisir

tumblr_n23v79RASl1rd4ncno1_250 tumblr_n23v79RASl1rd4ncno2_r1_250

Le ton décalé de cette série fait qu’on ne s’attend pas à une réelle adaptation de l’histoire de Jane Austen. Du coup, les différents retournements de situations ne sont pas gênants. Au contraire, j’ai adoré ! Sans parler qu’avec l’arrivée d’Amanda, il serait impossible qu’il n’y ait pas de changements. On se retrouve facilement hilare face à certaines scènes : Amanda embrassant par surprise Mister Bingley (incarné par le très séduisant Tom Mison) après avoir rencontré pour la première fois Darcy, que j’aime à surnommer Monsieur patate, étant donné ses joues qui semblent toujours pleines. D’ailleurs je l’ai trouvé bien plus froid dans la série que dans la véritable histoire.

Mais on apprécie le voir se plier à certaines des exigences d’Amanda. En particulier lorsqu’il recrée pour elle la fameuse scène du lac, plus connue comme « Le moment où Colin Firth est devenu un sex symbol pour des millions de femmes ».

2gvvasy

Un Mister Darcy quand même très drôle lorsqu’il se retrouve plongé dans le 21ème siècle. Car, si il est difficile pour une jeune femme moderne de vivre à l’époque Georgienne, il est encore plus dur pour un gentlemen tel que Darcy de se fondre dans la masse londonienne actuelle.

tumblr_mrsbw4Ur3M1qba8yvo1_250 tumblr_mrsbw4Ur3M1qba8yvo2_250

Mais celui qui m’a fait complètement craquer, au point de faire fondre mon coeur de midinette c’est Mister Wickam. Pour commencer, Tom Riley, l’acteur qui incarne ce personnage, a un physique plus que sympathique. Ensuite, ici aussi des libertés ont été prises. Comme si Jane Austen nous avait caché des choses. Cette façon d’amener de nouveaux éléments n’est donc pas du tout dérangeante. Au contraire, on y croit, on adore, et comme je l’ai dit on imagine que Jane Austen a fait exprès de ne pas tout nous dire.

Mr Wickam, tout en subtilité

tumblr_mnh731Q9fd1qbfge0o8_250 tumblr_mnh731Q9fd1qbfge0o6_250tumblr_mnh731Q9fd1qbfge0o5_250 tumblr_mnh731Q9fd1qbfge0o4_250

Mais Wickam n’est pas que cet officier à la langue bien pendu, il est surtout le meilleur soutien d’Amanda dans cette histoire. Une véritable amitié se lie entres eux, et j’ai adoré ça. J’aurais bien aimé que ça aille plus loin. Ainsi ça aurait été parfait selon moi. Amanda se rendant compte que le bonheur n’est pas forcément là où on le cherche (chez Mr Darcy comme elle l’a cru pendant des années) aurait été une joli morale.

Mr Wickam n’est pas le seul à nous surprendre. Caroline Bingley révèle elle aussi son lot de surprises ! Mais son coté « peste » lui ne change pas. Faut pas tout changer non plus. Et puis il y a plein de retournements de situations dont je vous laisse la surprise, vous ne serez pas déçu !

Bien sur, impossible de parler de « Lost in Austen » sans dire quelques mots sur Mr Collins. Dans cette série, en plus d’être horriblement ennuyeux, ce personnage dégage un je ne sais quoi de malsain. Le genre d’homme à qui l’on interdirait d’approcher à moins de 100 mètres d’une école.

Et finalement la plus absente c’est Elizabeth. Préférant les joies du 21ème siècle à son Longbourn natal. Au début, on se dit « Quelle bêtise de quitter un tel endroit ». Puis, en y réfléchissant bien, et aussi avec l’aide d’Amanda, on réalise que la vie à l’époque n’avait rien de bien folichon. Certes, dans l’ambiance Jane Austen tout n’est que bals, rencontres et fins heureuses (du moins pour les gentils). Mais la réalité est moins rose : maladies, espérance de vie raccourcie, hygiène douteuse, condition de la femme lamentable et pas de wifi !

De toute façon le taux de possibilité pour qu’Elizabeth Bennett ouvre une porte temporelle dans votre salle de bain est quelque peu limité. Alors plutôt que ronger votre frein, regardez « Lost in Austen », vous ne le regretterez pas !

tumblr_mb74j2O9K81qbfvsco5_400

0

Mes meilleures amies

19764021

Résumé : Annie a la poisse. Son fiancé l’a quittée et son nouvel amant est un goujat. Lillian, sa meilleure amie, file quant à elle le parfait amour. Lorsqu’elle lui annonce son futur mariage, Annie oublie ses soucis pour se consacrer à son rôle de témoin et transformer les préparatifs en un moment magique et privilégié. Mais c’est sans compter sur les autres amies de Lillian, l’insatiable et athlétique dragueuse Megan, la candide Becca,l’ex-beauté Rita et l’ultra-snob Helen… toutes incontrôlables et décidées à donner de la voix pour imposer leurs choix dans l’organisation de l’enterrement de vie de jeune fille. Débute alors une délirante aventure…!


Mon avis : 2,5/5

Ce week-end je suis allée voir « Mes meilleures amies ». Décrit comme une version féminine de « Very bad trip », et ayant adoré ce film, je ne pouvais pas être déçue. Et bien si ! La déception fut énorme.

J’aime beaucoup Kristen Wiig dans l’émission « Saturday night live », mais ici, j’ai trouvé l’humour assez bas. En fait, on a deux sortes de scènes comiques : du lourd, presque dur à regarder sans avoir la nausée. Certains appellent ça de l’humour « pipi caca ». Et puis des gags vus et revus.

On a donc la fameuse scène d’intoxication alimentaire où tout le monde est pris d’une envie fulgurante, et donc incontrôlable…

tumblr_maaygeqeq51rxuoqjo1_500

Mais aussi d’autres scènes assez clichées comme celle où l’héroïne se rend compte qu’elle est coincée dans une relation sans avenir avec un goujat.

giphy

Je ne dis pas que ce film est la LOOSE de l’année, mais je pense sincèrement qu’il ne mérite pas d’être comparé à « Very bad trip » ou encore « Bridget Jones ». Donc, comme je le dis souvent : Il ne faut jamais avoir trop d’attentes, c’est le meilleur moyen d’être déçue.

0

Mangez-le si vous voulez – Jean Teulé

67308607

Résumé : Le mardi 16 août 1870, Alain de Monéys, jeune Périgourdin intelligent et aimable, sort du domicile de ses parents pour se rendre à la foire de Hautefaye, le village voisin. Il arrive à destination à quatorze heures. Deux heures plus tard, la foule devenue folle l’aura lynché, torturé, brûlé vif et même mangé. Pourquoi une telle horreur est-elle possible ? Comment une foule paisible peut-elle être saisie en quelques minutes par une frénésie aussi barbare ? Ce calvaire raconté étape par étape constitue l’une des anecdotes les plus honteuses de l’histoire du XIXe siècle en France.


Mon Avis : 4/5

Nombre de pages : 114
Éditeur : Pocket
Collection : Littérature
Langue : Français
Prix : 5.20 €

Comment un être humain peut il être à ce point cruel ? Voila la question qu’on ne cesse de se poser en lisant ce livre. Jean Teulé nous raconte un fait réel, celui d’un homme pris comme bouc émissaire en 1870 pendant la guerre franco-allemande. Et sa façon d’écrire avec détachement, un peu comme un spectateur décrirait ce qu’il a devant les yeux, est assez troublante, car elle nous pose nous même en spectateur immobile.

Alain de Moneys est un citoyen charmant, toujours prêt à aider. Mais en cette période difficile le village de Hautefaye est au plus mal. Il y a ces jeunes hommes tour à tour envoyés au combat qui ne reviendront jamais, et cette sècheresse qui n’en finit pas. Alain, qui a été élu au conseil, a élaboré un projet d’assainissement censé aider les villageois. Tout le monde l’aime, il faut dire que la plupart des habitants de Hautefaye ont au moins une fois été aidés par Alain.

Mais en ce 16 aout 1870 tout s’effondre. Parti d’un malentendu, les villageois accusent Alain d’être un prussien. Il commence par l’insulter, ignorant ces explications, puis le bâtent. S’en suit des attaques d’une violence sans précédent.

« Mangez-le si vous voulez » met en avant l’effet de foule. Il y a ceux qui suivent la troupe et participent au carnage, et ceux donc l’effet de masse ne fait que les pousser à être encore plus violent, à conforter leur idée de mise à mort. On découvre des habitants à fleur de peau pendant cette période de guerre. Il n’aura d’ailleurs suffit qu’un malentendu pour que le pire arrive, et sans que personne, ou presque, ne reprenne la raison.

Jean Teulé parle de son roman

Son
0

Landslide – Fleetwood Mac

65bf685e814e57d88a3c61302e05ef8d

Le soleil est revenu (pour combien de temps…), le vent s’est calmé, les cigales sont là (en tout cas pour moi qui vit en Provence), j’entends le clapotis de l’eau de la piscine (ce qui est agréable même si je ne peux pas me baigner sous peine de voir ma nouvelle couleur de cheveux virer au vert) et en plus c’est les vacances ! Bref, c’est le moment parfait pour écouter cette douce chanson. Qui a osé dire que le travail c’est la santé…