La septième vague – Daniel Glattauer

75375198

Résumé : Leo Leike était à Boston en exil, le voici qui revient. Il y fuyait la romance épistolaire qui l’unissait en esprit avec Emmi. Elle reposait sur trois principes : pas de rencontres, pas de chair, pas d’avenir. Faut-il mettre un terme à une histoire d’amour où l’on ne connaît pas le visage de l’autre ? Où l’on rêve de tous les possibles ? Où l’on brûle pour un(e) inconnu(e) ? Où les caresses sont interdites ? « Pourquoi veux-tu me rencontrer ? » demande Léo, inquiet. « Parce que je veux que tu en finisses avec l’idée que je veux en finir » répond Emmi, séductrice. Alors, dans ce roman virtuose qui joue avec les codes de l’amour courtois et les pièges de la communication moderne, la farandole continue, le charme agit. Léo et Emmi finiront de s’esquiver pour mieux… s’aimer !


Mon avis : 2,5/5

Nombre de pages : 288
Éditeur : Le Livre de Poche
Collection : Littérature & Documents
Langue : Français
Prix : 6.60 €

J’attendais avec une certaine impatience la suite des aventures d’Emma et Léo, la fin du premier tome m’ayant légèrement frustrée. Cependant, mis à part ce détail, j’avais trouvé « Quand souffle le vent du nord » excellent et très représentatif des relations virtuelles qui tournent autour du pot afin de mieux se séduire.

Seulement, ce que j’avais aimé et trouvé « vrai » dans le premier opus, m’a complètement exaspérée dans ce second tome. Le truc du « Je t’aime moi non plus » ça finit vite par lasser… Léo est de retour dans la vie d’Emma, on pourrait alors croire qu’ils ont fait du chemin, et pourtant ils sont toujours coincés au même stade. Du coup les beaux dialogues plein de finesse de Léo que j’appréciais tant dans « Quand souffle le vent du nord » m’ont donné la migraine dans « La septième vague ». J’avais envie de leur hurler « Mais vous savez ce que vous voulez ?! ».

Le jeu du « Tu me plais mais je ne te l’avoue qu’à moitié » avait du sens dans le premier tome, car il mettait en avant une rencontre sur internet. Ça ne remettait en aucun cas en question les sentiments de Léo et Emma. Ça montrait juste l’évolution normale d’une relation virtuelle, et pourquoi pas réelle par la suite. Par contre, le fait que ce principe persiste encore dans « La septième vague » enlève toute magie à cette rencontre. On a l’impression de se retrouver face à deux personnes qui finalement ne doivent pas être ensemble étant donné leur facilité à se trouver des raisons pour ne pas l’être. La vie à deux les décevrait forcément au bout de quelques mois… Ils semblent surtout fait pour le flirt sur le net afin de rajouter un peu de piquant à leur vie quotidienne monotone. J’ai eu l’impression que Léo aurait eu les mêmes sentiments pour une Claire, Françoise ou Audrey et idem pour Emma qui serait tombée de la même manière sous le charme d’un François, Paul, Sébastien ou Marc…

En conclusion « La septième vague » est un tome décevant qui m’a rendu la fin de « Quand souffle le vent du nord » beaucoup plus agréable et moins frustrante après coup !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s