0

Tenue du jour : Ginnifer Goodwin

gin

Publicités
0

Walking Dead, tome 01 : Passé décomposé – Robert Kirkman & Charlie Adlard

couv32218140

Résumé : Rick est policier et sort du coma pour découvrir avec horreur un monde où les morts ne meurent plus. Mais ils errent à la recherche des derniers humains pour s’en repaître. Il n’a alors plus qu’une idée en tête : retrouver sa femme et son fils, en espérant qu’ils soient rescapés de ce monde devenu fou. Un monde où plus rien ne sera jamais comme avant, et où une seule règle prévaut : survivre à tout prix.


Mon avis : 3.5/5

Nombre de pages : 142
Éditeur : Delcourt
Langue : Français
Prix : 13.95 €

Après avoir dévoré les deux saisons de « The Walking Dead » et dans l’attente de la troisième, j’ai décidé de lire la bande dessiné avec laquelle tout a commencé. Sortie en 2004 aux États-Unis, elle est très vite devenue une sorte de best seller aux États-Unis. Elle compte à ce jour 16 tomes.

Ce premier tome a été une bonne surprise. À vrai dire, si j’avais écouté mon coeur j’aurais déjà surement toute la collection bien rangée dans ma bibliothèque mais 13 euros x 16 ça fait un sacré budget. Surtout pour quelque chose qui se dévore. Car oui, j’ai littéralement dévoré ce premier tome !

Rick à son réveil.

Rick à son réveil.

On aurait pu croire qu’en ayant vu deux saisons de la série j’allais trouver ce premier tome ennuyeux. Mais non ! En fait on se rend compte que pas mal de liberté on été prises lors de l’adaptation de la bd sur petit écran. Des libertés avec l’intrigue, les personnages ou encore la chronologie. Du coup tout en ayant vu la série on peut avoir son lot de surprise lors de la lecture.

Et même si j’ai eu un peu de mal avec le graphisme, trop noir et brut à mon gout, je ne peux nier qu’il est en totale adéquation avec le récit, et ça n’a pas du tout réfréner mon envie de lire la suite !

0

The Walking Dead – la série

the_walking_dead

La rentrée des séries est pour bientôt, seulement en l’attendant il a bien fallu que je trouve de nouveaux programmes afin de combler mon addiction. Il y a eu « Game of Thrones » dont je vous ai parlé récemment et qui fut un véritable coup de cœur, mais qui elle aussi est très vite arrivée à sa fin. C’est ça quand on est une boulimique quitte à se coucher tard ! Une série qui n’aura en effet tenu que deux semaines dans mon planning et donc qui a dû très vite trouver un successeur. Mon choix s’est alors porté sur « The Walking Dead ». Pourquoi ? Parce-qu’à Noël mon cousin m’en avait parlé en termes élogieux et du coup avait attisé ma curiosité. Il faut dire que les zombies ce n’est pas trop mon truc, il fallait vraiment que quelqu’un me pousse.

Me voilà donc décidé à regarder le premier épisode. Qui ne tente rien n’a rien ! Long de 60 minutes, quasiment un film, il m’a tout de suite convaincue. Tout d’abord on apprécie la tête d’affiche Andrew Lincoln, plus connu pour être celui qui déclare sa flemme à Keira Knightley dans « Love Actually ». Habitué du rôle type de looser-lover (Love actually, L’Arnacoeur, Les Hauts de Hurle-Vent) alors que très mignon, j’avais quelques appréhensions à le voir jouer un personnage assez punchy. Mais il nous prouve très vite qu’il est crédible en shérif à la fois dur et sage. Une sorte de chef de meute vers qui tout le monde se tourne lorsque les choses se compliquent. Le boss quoi !

Rick en mauvaise posture.

Rick en mauvaise posture.

En plus d’être un shérif en or, Rick est un père de famille aimant. Dans le coma lorsque les choses ont commencé à dégénérer, il a du très vite se faire à ce nouveau monde. Mais comme c’est une sorte de héros, il n’a pas eu trop de mal à enfiler le costume du survivor. Il s’est quand même réveillé tout seul dans un hôpital désert, enfin si on ne compte pas les zombies, et une fois arrivé chez lui a découvert que sa femme et son fils, tout comme le reste de la ville, étaient aux abonnés absents. Bref, un grand moment d’angoisse et de solitude qu’il surmonte haut la main !

Rick et sa fameuse "gun pose".

Rick et sa fameuse « gun pose ».

Alors oui, on peut se dire « Je vois le truc venir, Rick le sauveur, Rick le super héros, Rick qui prend que des bonnes décisions », et du coup « Rick le personnage le plus prévisible de la série », mais ce n’est pas le cas ! Cette série a le pouvoir de jouer avec l’humanité. On nous bombarde de zombies plus horribles les uns que les autres mais finalement les vrais monstres s’avèrent être les hommes dans leurs rapports entres eux. Un citoyen lambda peut se révéler sanguinaire, et l’inverse est aussi possible : des personnes qui étaient en marge de la société peuvent se refaire une réputation dans ce tout nouveau monde. Prouver qu’ils sont utiles et pas si mauvais que ça. En définitive « The Walking Dead » décortique assez bien le genre humain !

79113756_o

Daryl, un gros dur qui cache un coeur en or.

Impossible de ne pas penser au film « 28 jours après » lorsqu’on regarde cette série la première fois. Un mec qui se réveille d’un coma long de plusieurs mois et qui n’a pas du tout conscience du chaos dans lequel la civilisation est tombée. Il va alors tout tenter pour survivre et sera confronté au pire. Cependant, « The Walking Dead » traite beaucoup plus de l’aspect « microcosme ». On va dire que je vois « Lost » partout mais j’ai aussi pensé à cette série en regardant « The Walking Dead ». Bien sûr les personnages n’ont pas atterri sur une ile mystérieuse, mais le monde tel qu’ils l’ont connu n’est plus, et le nouveau leur est étranger et plein de mystères : d’où vient ce « virus » qui transforme les hommes en zombies ? Il y a t-il un camps de rescapés géré par un gouvernement quelque par ? Combien comme eux sont encore vivants ? Que faire ? Où aller ? Il y a t-il une vie meilleure qui les attend ou tout n’est plus que survie et chaos ?

79114130_p

L’autre détail qui m’a fait penser à « Lost » est le mélange de personnages venant de divers horizons : avocat, flic, mercenaire, professeur, livreur de pizza… Des personnes qui vont devoir oublier qui elles étaient afin de survivre. Et comme je vous le disais plus haut, c’est souvent dans les moments difficiles que les êtres se révèlent. Certains dévoilent le meilleur, et d’autres le pire !

En conclusion « The Walking Dead » est une série que je conseille fortement, la saison trois ne va pas tarder et nous promet son lot d’action. Alors oui, les zombies sont tout simplement monstrueux, j’ai d’ailleurs eu la brillante idée de regarder un épisode en mangeant et je me suis promise de ne plus jamais faire ça ! Je vous accorde une boisson, mais évitez tout aliment solide, surtout si comme moi vous n’êtes pas friands de visions gores. Cependant ne vous arrêtez pas à ça, ce serait vraiment dommage. C’est l’erreur que j’ai failli faire, et je ne regrette pas un instant d’avoir franchi le pas, bien au contraire ! « The Walkind Dead » a été un coup de cœur (oui j’en ai beaucoup, comme avec les acteurs, j’ai un très grand cœur). Et Dernier détail mais non des moindres, l’intrigue avance assez vite sans  jamais s’essouffler. Lorsque dans le premier épisode Rick est confronté à l’absence de sa femme et de son fils, ma peur était qu’on nous fasse attendre des lustres avant leurs retrouvailles et du coup que l’ennuie s’installe. Mais non, les scénaristes ont très bien géré l’action, et on ne s’ennuie pas une seconde ! Certains épisodes sont plus calmes que d’autres, mais il y a toujours cette petite angoisse qui vous murmure que les zombies rodent et peuvent vous encercler (et vous becter) à tout moment.

Preuve de son succès, le célèbre magazine « Entertainment Weekly » qui avait accordé leur une à la première saison n’a pas hésité à remettre ça avec la troisième. Et cette fois-ci vous avez le choix entre plusieurs couvertures mettant en scène certains des personnages les plus charismatiques de la série.

79113892_p 79113915_p

79114162_o 79114163_p 79114166_p

Et pour les petits curieux, sachez que cette série est directement tirée de la bande dessinée du même nom. Un véritable phénomène outre atlantique qui commence à faire parler de lui en France. Pour ma part, une fois les deux saisons terminées je n’ai pas pu m’empêcher d’acheter le premier tome, et je dois dire que c’est vraiment sympa, et là aussi, aucun ennui ! Face au succès, des romans ont eux aussi été édités il y a peu. La bd compte 16 tomes pour le moment (publiés entre 2004 et 2012) et les romans comptent eux deux tomes. Donc, si l’envie vous prend vous pourrez suivre vos personnages préférés sur tout support : bd, livre, série. Du coup, à quand le film ? Oui, je me suis dit que la comédie musicale ça serait un brin cheap !