0

Amours et autres enchantements – Sarah Addison Allen

41ErYRLZ35L

Résumé :  Dans la petite ville de Bascom, en Caroline du Nord, tout le monde connaît la famille Waverley. Il y a Evanelle, fantasque vieille dame qui passe son temps à offrir des objets en apparence incongrus, et Claire, cuisinière de génie, qui trompe sa solitude en mitonnant philtres d’amour au géranium, cakes aux pétales de rose et autres tartes à la fleur de ciboulette. Et puis il y a Sydney, la cadette, celle qui a quitté la demeure familiale voilà déjà six ans. Sydney qui est aujourd’hui de retour, avec sa petite fille et son lourd secret… Entre les deux soeurs, des années de non-dits, l’incompréhension et de rancoeur. Sydney parviendra-t-elle à offrir à sa fille la stabilité dont elle a tant besoin ? Claire acceptera-t-elle de laisser entrer dans sa vie cette famille sur laquelle elle avait tiré un trait ? Seul le vieux pommier le sait qui veille depuis longtemps sur leur destinée…


Mon avis : 3,5/5

Nombre de pages : 308
Éditeur : Pocket
Langue : Français
Prix : 6.20 €

Voila une lecture idéale pour la saison ! Plonger dans la petite ville de Bascom donne l’impression de partir en vacances. On apprécie cette ambiance magique où tout le monde se connait, les jardins sont fleuris et les piques-nique hebdomadaires. Bref, une véritable sensation de perfection ! Mais attention, cela se révèle vite faux, car sous chaque habitant se cache un secret (voire plusieurs) qui l’empêche d’être en accord avec lui même. Mais voilà qu’avec l’arrivée de Sydney les choses vont changer…

Ne supportant plus sa vie et la réputation de sa famille (la rumeur court que les Waverley pratiquent la magie), elle a tout plaqué 10 ans plus tôt afin de parcourir le pays. Dix ans pendant lesquels elle a comme qui dirait erré de ville en ville, jusqu’au jour où elle est tombée enceinte d’un homme violent et lunatique. Brisée, elle va tout faire pour s’en sortir, allant jusqu’à fuir cette vie qui n’en est plus une, quitte à retourner à Bascom. On se retrouve alors dans cette petite ville de Caroline du nord avec cette impression que l’arrivée de Sydney va faire exploser le vernis qui tenait tout en équilibre. La première visée étant Claire, la soeur ainée de Sydney.

« Amours et autres enchantements » est une charmante histoire qui fait la part belle à l’amour quel qu’il soit. Celui qu’on éprouve pour un ami, sa soeur, sa fille, son copain, mais surtout celui qu’on éprouve pour la vie en général et qui nous pousse à nous dépasser ! Enfin, j’ai apprécié le style « chorale » qui m’a fait penser à des films comme « Love Actually » ou encore « Valentine’s Day ». Un parti pris qui donne un rythme soutenu tout en s’arrêtant sur chaque personnage afin de creuser leur personnalité.


Et si cette lecture vous a donné envie de concocter de véritables potions magiques, voici qui devrait vous intéresser :

519vO+FvXjL

Titre : Les recettes amoureuses d’une sorcière
Auteur : Brigitte Bulard-Cordeau
Nombre de pages :
 240

Éditeur : Edition du Chêne

Publicités
0

Joyeux Noël !!!

christmas-lights-2013-gif

Joyeux Noël à tout le monde !!! Certains vous diraient : « Attention à l’overdose de foie gras et de chocolat », mais moi je préfère vous dire que si il y a bien un jour où l’on peut se lâcher, que ce soit dans les frais ou l’alimentation, c’est bien le jour de Noël. Alors mangez de la dinde, du saumon, des huitres et reprenez de la buche plusieurs fois, car comme dirait Scarlett O’hara : demain est un autre jour ! Et en attendant le prochain post, voici une courte vidéo avec un petit garçon adorable qui a tout compris à Noël…

0

Ne dites pas à ma mère que je suis voyante, elle me croit libraire à Vancouver – Eileen Cook

Ne dites pas à ma mère que je suis voyante
Présentation : On dit souvent que l’amour rend aveugle. Pas dans le cas de Sophie Kintock, qui, après une rupture, se découvre un don de double vue jusque-là insoupçonné ! Quand Doug la quitte après six ans de vie commune, Sophie, libraire à Vancouver, est prête à tout pour le récupérer. C’est pourquoi, lorsqu’elle apprend que sa nouvelle petite amie, la pulpeuse Melanie, s’intéresse au paranormal, elle a une idée aussi folle que diabolique : proposer à sa rivale une fausse consultation de voyance destinée à faire rompre les tourtereaux. Mais rien ne va se passer comme prévu, car Sophie se retrouve vite dépassée par le succès inattendu de ses nouveaux talents… Eileen Cook signe une comédie désopilante portée par une héroïne au caractère bien trempé, maladroite et attachante à souhait.


Mon avis : 4/5

Nombre de pages : 344
Éditeur : J’ai Lu
Langue : Français
Prix : 7.30 €

Le bon roman chick-lit avec un humour qui tient la route, des situations parlantes et la juste dose de romance ce n’est pas toujours évident à trouver. Pour moi, le modèle en la matière c’est « Bridget Jones » (le premier). Ce style de conte de fée des temps modernes a malheureusement souvent tendance à tomber dans la romance guimauve, le bling-bling et l’humour au ras des pâquerettes. Bref, il n’est pas évident de trouver son bonheur dans ce registre…

Il y a quelques mois j’ai fait un troc sur Livraddict. En échange du « Da Vinci Code » que je n’ai jamais pu lire au delà de cinquante pages, j’ai reçu « Ne dites pas à ma mère que je suis voyante, elle me croit libraire à Vancouver ». Et je n’ai pas été déçue, bien au contraire ! J’ai trouvé Sophie, l’héroïne de ce roman, drôle et attachante. Elle m’a même donné envie de partir m’installer à Vancouver !

L’intrigue est intéressante, aussi bien le coté léger : je veux reconquérir mon ancien petit ami, que l’aspect psychologique : pourquoi les gens apprécient autant le paranormal. Même si ce livre n’est en rien une étude approfondie du sujet, il dresse un bilan rapide et intriguant de tout ce qui touche au paranormal. Pour moi, une sceptique dans l’âme, c’était sensas’ ! Enfin, pour revenir à la partie girly, c’est à dire la reconquête de l’amour perdu, j’ai là aussi trouvé que l’histoire était originale. Ici pas de working girl physiquement parfaite à la recherche de l’homme idéal, bref pas de mauvaise copie de « Sex and the city » comme ça peut être le cas dans beaucoup de livres chick-lit. À la place on a une jeune femme tout ce qu’il y a de plus commun, avec des qualités et des défauts. Pour tout vous dire, Sophie c’est tout simplement une femme comme nous ! Son petit ami l’a quitté, et sa façon de le retrouver est loin d’être ordinaire… Mais qui n’a jamais perdu quelques neurones lorsque qu’une relation amoureuse qui prend l’eau ?! Sophie va jusqu’à se faire passer pour une voyante et finit malheureusement par se prendre à son propre piège.

« Ne dites pas à ma mère que je suis voyante, elle me croit libraire à Vancouver » (ça c’est du titre) est un livre parfait pour souffler et rire un bon coup. Les romantiques auront leur dose d’amour et les terres à terres ne seront pas ensevelis sous un mètre de guimauve. En conclusion, pour moi ce fut un petit coup de cœur.


Et si vous aussi vous voulez faire comme Sophie en vous donnant des allures de voyantes mais que vous ne maitrisez pas du tout le sujet (tout comme elle d’ailleurs), voici une sélection de pièces bohème et gipsy qui feront l’affaire :

Sans titre-11. Jupe longue fleurs japonaises, NAF-NAF, 55€
2. Mules « Narbonne », ANDRÉ, 55€
3. Kimono jaquard motif floral, TOPSHOP, 88€
4. Bague fausse pierre, FOREVER21, 2.95€
5. Robe froissée, H&M, 39.95€
6. Pochette en cuir, ASOS, 56.18€

0

Raison et Sentiments – Sense and Sensibility

81877721_o

Résumé : À la mort de leur père, Elinor et Marianne Dashwood se retrouvent dans une situation financière difficile. Elles sont condamnées à faire un beau mariage dans les plus brefs délais. Le brillant Edward Ferrars, le séduisant John Willoughby et le ténébreux Colonel Brandon se présentent aux soeurs. Mais rien n’est aussi simple. Quelle mystérieuse histoire sépare Willoughby et le colonel ? Quel secret Ferrars cache-t-il ?…


Mon avis : 3,5/5

J’ai recemment acheté le dvd de « Raison et Sentiments », je l’avais malheureusement raté lors de sa diffusion sur Arte pendant la période Jane Austen il y a quelques mois. Face à une météo qui ne donne pas envie de sortir je me suis enfin décidée à entamer cette fameuse histoire pleine de romance.

Je n’ai pas lu le livre, mais j’avais vu et apprécié le film de 1995 avec Kate Winslet, Emma Thomson, Hugh Grant et Alan Rickman. Un film cependant assez court est qui me semblait laisser quelques blancs. Dans cette dernière version (2008) on a assez bien géré le temps : trois épisodes d’un peu moins d’une heure chacun.

J’ai trouvé les acteurs excellents dans leurs rôles. J’avais quand même quelques appréhensions à voir David Morrissey incarner le Colonel Brandon car en ce moment je regarde « The Walking Dead » et il y joue Le Gouverneur, un personnage sombre et violent, voire vicieux. Je craignais donc de ne pas pouvoir me détacher de cette image. Et puis la magie a opéré, David Morrissey incarne à merveille l’homme bon et légèrement mélancolique. Je l’ai trouvé très touchant et bien plus séduisant que Dominic Cooper alias John Willoughby. À la place de Marianne je n’aurais pas hésité une seconde.

Colonel Brandon, Marianne et Willoughby

Colonel Brandon, Marianne et Willoughby

Les soeurs Dashwood sont bien plus approfondies que dans la version de 1995. Marianne m’est apparue moins naïve et plus touchante, quant à Elinor, elle est moins rigide, plus humaine. J’aimais beaucoup Emma Thomson et Hugh Grant mais j’ai toujours trouvé le couple, physiquement parlant, assez mal assorti. Ici pas de soucis, Dan Stevens et Hattie Morahan sont parfaits ensemble. On dirait presque qu’ils sortent du même moule.

82025537_o 82025549_p 82025568_o 82025592_o

J’ai aussi beaucoup aimé les seconds rôles avec cette tendance très cliché à rendre les méchants laids. Enfin, sauf Dominic Cooper, il faut bien qu’il y ait LE personnage séduisant qui retourne sa veste en plein milieu de l’histoire. Cependant à par lui on est en plein conte pour enfants où si tu as un mauvais fond ça se verra forcément sur ton physique. Je vous laisse admirer cette sublime photo de famille en guise d’exemple.

John Dashwood avec sa femme Fanny et leur fils Henry

82026020_o 82026031_p 82026041_p

Une chose m’a quand même manqué ou plutôt un personnage. Souvenez vous de l’adaptation de 1995 et des remarques pleines de sarcasme de Hugh Laurie ainsi que ses moues boudeuses. Un Mr Palmer qui avait déjà des airs de Dr House !

82026078_o

« Raison et Sentiments » n’est pas la seule adaptation d’un roman de Jane Austen que j’ai eu la chance de voir, c’est pour cela qu’il ne rentrera pas dans mon top trois. J’ai passé un très bon moment mais je n’ai pas eu la même intensité d’émotions que j’avais eu pour « Persuasion » ou encore « Orgueil et Préjugés ». Les histoires de Jane Austen ont toujours des airs de contes de fées où les gentils ont droit à leur happy end. Et c’est la façon dont celui-ci arrive qui fait qu’une histoire est bonne ou pas. Attention, je ne dis pas que « Raison et Sentiments » est bâclé, bien au contraire. Mais seulement que les romances m’ont moins transportée. Pourquoi ? Je ne saurais dire… Peut-être que finalement cela vient du fait que nos deux héroïnes ont des caractères très éloignés du mien et donc ont fait que je n’ai pas pu vraiment m’identifier à elles…

En conclusion j’ai passé un très bon moment plongée dans cette fabuleuse époque faite de bals, de robes vaporeuses, de paysages grandioses et surtout de séduction. Et le fait que je ne classe pas cette adaptation au top est seulement dû au fait que les films tirés des romans de Jane Austen sont parmi mes préférés et certains comme « Persuasion » ou « Orgueil et Préjugés » me semblent indétronables.