0

Les cardigans de Mary-Margaret (Once upon a time)

tumblr_mf8tfk9HXD1ql4huuo1_500tumblr_mf8tfk9HXD1ql4huuo2_r1_1280

Publicités
Son
0

Katherine Jenkins – Band of Brothers

Hier soir j’ai découvert cette petite merveille sur Youtube. L’air m’était déjà familier étant le générique (au combien magnifique) de la merveilleuse série « Band of Brothers. Katherine Jenkins nous offre là une superbe prestation, enfin il faut aimer la musique lyrique bien sûr.  Cela étant mon cas, je me suis régalée et mes oreilles en ont redemandé !!!

0

Zombillénium, Tome 1, Gretchen – Arthur De Pins

83067221_o

Résumé : Francis von Bloodt, vampire de son état, gère en bon père de famille le parc d’attractions Zombillénium. On n’embauche pas n’importe qui, chez Zombillénium : les simples mortels n’ont qu’à passer leur chemin, ici on ne travaille qu’avec d’authentiques loups-garous, vampires et momies. C’est ce que va découvrir Aurélien, un homme au bout du rouleau, trompé par sa femme ; et qui va se retrouver embauché malgré lui dans cette étrange entreprise. Gretchen, sorcière stagiaire, va l’aider à faire ses premiers pas…


Mon avis : 3/5

Nombre de pages : 48
Éditeur : Dupuis
Langue : Français
Prix : 14.50 €

Découverte dans le cadre du Challenge bd de livraddict 2012, il me tardait d’avoir cette bande dessinée entre les mains. Cependant, j’ai du un peu patienter car elle n’était pas la seule sur la liste des mes envies. De plus, je suis du genre à réfléchir à deux fois avant d’acheter une bande dessinée, le prix pour quelques minutes de lecture à souvent tendance à me freiner.

J’ai apprécié cette histoire loufoque de parc d’attraction gothique. À l’inverse d’un Disneyland, ici pas de féérie mais plutôt des frissons garantis. Du moins c’est ce que le directeur promet ou plutôt espère. Car voila, le parc n’est plus ce qu’il était ! Leur Mickael Jackson zombie et les fantômes fait de draps Ikea sont passés de mode. La nouvelle génération a besoin d’un peu plus de spectacle pour avoir peur, et la direction compte bien donner un coup de jeune au parc Zombillénium. L’arrivée d’une nouvelle recrue mi vampire mi loup garou arrive donc à point nommé. Ce dernier, délaissé par sa femme et encore fou de jalousie, semble avoir trouvé une épaule compatissante en la personne de Gretchen, une jeune sorcière blasée par la vie. Elle l’aidera dans ses premiers pas de « monstre de foire » et deviendra ainsi LE personnage intéressant de l’intrigue.

Zombillenium

La force de cette bande dessinée n’est pas vraiment dans le dessin. Certes il est beau, mais je n’ai rien trouvé de bien percutant, finalement ça a un coté un peu trop lisse qui ne colle par forcément avec l’histoire qui se veut fantasy dark. Mais bon, on est pas dans du Stephen King, donc ce n’est pas très dérangeant. Par contre, pour ce qui est de l’histoire, tout en étant légère je l’ai trouvé drôle et percutante. Quelque répliques et scènes comiques bien placées, une fin assez surprenante et des clins d’oeil à des livres comme Harry Potter rafraichissants.

Un premier tome qui me donne envie de poursuivre l’aventure, même si d’après ce que j’ai pu voir cette suite n’en est pas vraiment une. Enfin bref, je verrai bien, et puis ce n’est pas comme si je n’avais pas d’autres titres en tête. Quoi qu’il en soit j’ai passé un bon petit moment à lire cette bd.

0

The Perks of being a wallflower – Le Monde de Charlie

82985617_o

Résumé : Au lycée où il vient d’arriver, on trouve Charlie bizarre. Sa sensibilité et ses goûts sont en décalage avec ceux de ses camarades de classe. Pour son prof de Lettres, c’est sans doute un prodige, pour les autres, c’est juste un « loser ». En attendant, il reste en marge – jusqu’au jour où deux terminales, Patrick et la jolie Sam, le prennent sous leur aile. Grâce à eux, il va découvrir la musique, les fêtes, le sexe… pour Charlie, un nouveau monde s’offre à lui.


Mon avis : 3,5/5

Je n’ai pas lu le livre de Stephen Chbosky dont est tiré cette histoire, du coup je ne pourrais pas mettre en avant une comparaison oeuvre originale et adaptation. J’ai découvert cette histoire il y a quelques mois, comme souvent par hasard, sur un tas d’article à son sujet sur internet. Il faut dire que le casting est composé de jeunes acteurs déjà bien installés dans le monde du cinéma : Logan Lerman (Percy Jackson), Emma Watson (Harry Potter) et Ezra Miller (We need to talk about Kevin).

« The Perks of being a wallflower » suit Charlie à travers sa première année de lycée. On découvre un jeune homme timide, fragile et terriblement attachant. Entouré d’une famille aimante, il a tendance à s’enfermer dans sa bulle faite de musique et de livres. Aucun ami à l’horizon, il faut dire que Charlie n’a pas une bonne expérience de l’amitié : son meilleur ami s’est suicidé l’année dernière, et lui même a cette tendance auto-destructrice.  Seulement cette années les choses semblent s’annoncer différemment, du moins Charlie paraît enfin prêt à prendre sur lui en allant vers les autres. Et Il est tout de suite attiré par une groupe de terminales mené par un duo stimulant : Sam et Patrick.

Charlie, Sam et leur routine lors du bal.

Charlie, Sam et leur routine lors du bal.

Charlie va très vite trouver sa place dans ce groupe assez marginal. Il faut dire qu’il a tout de suite eu le coup de foudre pour Sam, une jeune fille elle aussi assez perdue dans la vie, tiraillée entre l’image qu’elle renvoie et ce qu’elle est vraiment. En fait cette histoire, même si elle met Charlie au premier plan, c’est surtout celle d’une génération qui se cherche. On découvre ainsi des personnages fragiles qui tentent péniblement de passer à l’âge adulte.

82985953_o

« The Perks of being a wallflower » est donc un film sur les ados mais pas seulement POUR les ados. On est loin des clichés teenagers avec des cheerleaders, des nerds et des footballeurs, le tout dans un lycée édulcoré mené par des musiques pop tout droit sorties du dernier top 40. Ici on est plongé dans les années 90, et la bande son rock indie nous met tout de suite dans l’ambiance. Aucune scène guimauve, au contraire, on est touché par les failles de ces personnages qui ne tombent jamais dans le niai. Il nous font rire et pleurer !

82987096_o

Vous l’aurez compris, j’ai aimé ce film, et tout particulièrement Logan lerman qui dégage une vulnérabilité et une douceur qui me donne envie de lui faire des cookies. J’ai aussi adoré Ezra Miller en homosexuel à la fois libéré et enfermé dans une relation sans avenir. Enfin, un remerciement tout spécial à celui qui a fait le casting et qui a eu la géniale idée de glisser Paul Rudd en professeur de littérature. Ahhhhh Paul Rudd, c’était quand même Josh dans « Clueless », là aussi le film d’une génération de midinettes, toutefois un brin moins sérieux que « The Perks of being a wallflower ».

0

Kaamelott : Tomes 1 à 6

82977908_o

Tome 1 « L’armée du Nécromant » : L’armée du Nécromant plonge les héros de Kaamelott dans une lutte contre les morts-vivants. Alors que la vallée se trouve soudainement peuplée de zombies égarés (et pratiquement inoffensifs), Arthur et ses hommes remontent à la source du mal.

Tome 2 « Les sièges de transport » : Le péril s’abat à nouveau sur Kaamelott. De puissants objets magiques ressurgissent des profondeurs de l’oubli et menacent de tomber entre les mains d’un dangereux Chef Viking. Qui gagnera la course pour Les Sièges De Transport ? La troupe d’élite de Kaamelott, les Seigneurs Perceval et Karadoc ? Ou Haki, dont la proue du Drakkar menace de fendre le sable des plages du Royaume de Bretagne ?

Tome 3 « L’énigme du coffre » : Plus d’or à Kaamelott ! Les convois sont ils attaqués ? Quelqu’un manigance t il leur détournement ? Arthur et ses hommes mènent l’enquête et remontent la piste des chargements jusqu’au village minier. Pour résoudre l’Énigme Du Coffre, il leur faudra s’aventurer dans de lugubres galeries de mine et se transformer en cambrioleurs…

Tome 4 « Perceval et le dragon » : Le terrible Dragon d’Airain s’est réveillé ! N’écoutant que son courage, le Chevalier Lancelot se lance au galop vers le village menacé pour terrasser le monstre. C’est compter sans l’intervention du Chevalier Perceval, bien décidé à s’acquitter lui-même de cette Quête, secondé par son furet de guerre.

Tome 5 « Le serpent géant du lac de l’ombre » : Certains jurent avoir été attaqués… D’autres disent que le légendaire reptile n’a tout simplement jamais existé, qu’à force d’avoir peur des choses, on finit toujours par les voir. Le monstre calédonien est-il réel ? Les Chevaliers Perceval et Karadoc ne peuvent que l’espérer, car par ordre du Roi Arthur, ils ne rentreront pas à Kaamelott avant d’avoir accompli la quête du Serpent Géant du Lac de l’Ombre.

Tome 6 « Le duel des mages » : La toute-puissance de Merlin est remise en question. Sous peine de perdre le prestigieux poste d’Enchanteur de Kaamelott, il devra prouver ses pouvoirs et affronter les mages qui viendront le défier. Le sombre Elias de Kelliwic’h parviendra-t-il à vaincre Merlin en duel et prendre sa place auprès du Roi Arthur ?


Mon avis : 4/5

Nombre de pages : 48
Éditeur : Casterman
Langue : Français
Prix : 12.95 €

L’année dernière j’ai reçu les trois premiers tomes de la saga « Kaamelott » version bande dessinée et ce fut pour moi le début d’une énième admiration pour Alexandre Astier ! J’ai tout de suite accroché avec ces histoires totalement dans l’esprit de la série. Chaque tome nous propose de suivre les personnages cultes de la table ronde à travers de « folles » aventures. Zombies, Monstre du Loch Ness, Dragon… La bande dessinée permet d’explorer un peu plus l’aspect fantastique des aventures du Roi Arthur. Chose pas toujours évidente à mettre en avant sur nos écrans sans un énorme budget.

On pourrait penser qu’après plusieurs saisons cette BD ne nous apportera rien de nouveau, mais pas du tout ! Au contraire, en plus d’explorer encore plus l’aspect fantastique, elle nous permet aussi de suivre les personnages secondaires et d’en savoir plus sur quelques unes des aventures dont ils faisaient brièvement référence dans la série. Par exemple, Perceval et Karadoc et leur mission en Écosse dont ils reviennent avec une anguille au lieu du monstre du Loch Ness.

PlancheA_118522

T5 : Le serpent géant du lac de l’ombre

Coté humour, on reste dans la lignée de la série mais un poil plus léger. Comme si Alexandre Astier avait voulu élargir son public. Ainsi, tous les lecteurs passeront un bon moment, quel que soit leur âge. Pour l’instant (enfin j’espère que ce n’est pas la fin) six tomes sont disponibles. Je ne vous cacherai pas que j’ai quelques préférences : L’énigme du coffre (T.3) est mon préféré. Surement car on suit le groupe au complet et non un ou deux personnages. Enfin, ayant lu les six tomes j’attends avec impatience une suite enfin de compléter ma collection. Ces bd, en plus d’être drôles, sont aussi très belles, surtout lorsqu’on a la chance de se faire offrir un coffret comprenant les trois premiers volets comme ça a été le cas pour moi.