0

Felicidad – Jean Molla

couv10858704

Résumé : À Felicidad, le bonheur est un droit et un devoir. Pourtant le ministre du bonheur obligatoire est assassiné. Au même moment, les androïdes conçus pour servir les humains se révoltent. Alexis Dekcked est chargé de l’enquête.


Mon avis : 3,5/5

Nombre de pages : 320
Éditeur : Gallimard Jeunesse
Langue : Français
Prix : 6.10 €

Voici un livre que j’ai reçu dans le cadre d’un swap sur le thème de la dystopie via le site Livraddict. Bien entendu, celle qui me l’a offert s’est basée sur une liste, au combien longue, de romans que j’aimerais livre.

Les personnages sont vraiment bien traités, leurs psychologies et leurs rapports au monde dans lequel ils évoluent est très intéressant. Surtout qu’on a ici la chance d’avoir différents points de vues sur cette société soit disant parfaite : citoyens de Felicidad, parhumains, hommes politique, sans oublier ceux qui vivent en dehors de Felicidad, dans des sortes de ghettos.

Dekcked, le personnage principal, a ce petit coté sombre et énigmatique qui plait tant. Et ce qui est intéressant avec son statut d’enquêteur c’est qu’on se met facilement à sa place en apprenant la face cachée de la société en même temps que lui, mais aussi les différents éléments de l’enquête qu’il mène.

Une intrigue policière sur fond de futur qui se voudrait parfait mais qui ne l’est pas du tout. J’ai trouvé ça très intéressant de mêler deux thèmes (le futur chaotique et le suspense autours d’une enquête) sans que l’un soit délaissé au profit de l’autre. Les deux se rejoignent pour ne faire plus qu’un.

Malheureusement la fin est assez prévisible, du coup j’ai plus aimé le déroulement de l’intrigue que son dénouement. Car le déroulement de l’intrigue, en plus de mener aux coupables, amène une véritable remise en question sur la politique de Felicidad. Sans oublier que la dystopie a ça de bien, c’est qu’elle a beau traiter d’un futur chaotique et lointain, elle est parsemée de clins d’oeil à notre propre façon de vivre. Elle est une sorte de sonnette d’alarme.

1

Austenland

2

Résumé : Obsédée par les romans de Jane Austen, Jane (oui elles étaient prédestinées), une jeune femme américaine, décide de dépenser toutes ses économies dans un séjour en Angleterre, plus précisément à « Austenland ». Ce parc, composé de nombreux acteurs, permettra à ses clients de vivre à l’époque de La Régence et pourquoi pas de connaitre un amour aussi fort que celui d’Elizabeth et Mister Darcy.


Mon avis : 3/5

Je n’ai pas lu le livre, ou du moins pas encore, mais lorsque la possibilité de voir le film m’a été donnée, je ne l’ai pas laissé passer. Il faut dire que l’histoire d’une jeune femme qui voue un culte à Jane Austen et Mister Darcy ne pouvait que m’interpeller. C’est un peu l’histoire de ma vie… Quant au fait de pouvoir vivre à l’époque de la Régence, qui n’en rêve pas ?!

Je vous présente Jane !

Je vous présente Jane !

Ce film avait selon moi plein d’atouts dans son intrigue pour en faire une comédie romantique réussie, mais ils n’ont pas été assez bien exploités, ou alors de façon trop légère, voire cliché. On commence avec Jane, notre héroïne. Le film démarre avec un bref portrait de cette dernière, et n’hésite pas à forcer le trait de la fan d’Austen, au point d’en être un peu ridicule. Son appartement ressemble à un véritable autel à la gloire de Jane Austen et Mister Darcy, et sa vie ne semble tourner qu’autour de ça. Du coup on ne s’identifie plus beaucoup à cette héroïne qui a des airs de mono maniaque de 12 ans fan de Justin Bieber.

nn

Non, les fans de Jane Austen n’ont pas tous ce genre de chambre !

Pour ce qui est de l’envie de vivre en mode Régence, je veux bien adhérer, à vrai dire, si ce genre de concept existait je signerais tout de suite ! Jane décide donc comme moi de se lancer dans l’aventure avec l’espoir de vivre son fantasme absolu et d’être comme libérée de ce poids qui l’empêche d’avancer. Après cette expérience elle ne sera plus dans le regret d’une vie qui ne sera jamais la sienne. Sa meilleure amie y voit aussi là le moyen pour elle de retomber de son nuage et réalisant que l’herbe n’est pas plus verte ailleurs.

tumblr_mzmow06BZk1qzub73o1_500

Donc, voila Jane en pleine période Austenienne avec mise en scène à gogo grâce à des acteurs qui sont là pour mettre en avant des intrigues et faire de ce séjour un véritable roman de Jane Austen. Elle va alors être tiraillée entres deux hommes très différents (tient, ça me rappelle une histoire). Mais voila, le problème c’est que la sauce ne prend pas, j’aurais aimé que le film appuis plus sur les bons et les mauvais cotés de vivre à l’époque de La Régence, mais finalement il traite plus du fait de se faire prendre au piège dans le principe des jeux de rôle en ne discernant plus la réalité de la fiction. C’est intéressant aussi, mais pour quelqu’un comme moi qui aime le début du 19eme siècle anglais on reste un peu sur sa faim.

Au final, seul Henry Nobley apporte cette touche de puritanisme d’époque, et bizarrement là aussi on y croit pas. Comme si un tel comportement était tout à fait impossible pour un homme du 21eme siècle. Il est charmant, on pourrait facilement craquer… Mais on y croit pas une seconde !

tumblr_mz9pb8d5F31ry77wyo1_250 tumblr_mz9pb8d5F31ry77wyo2_r2_250

Je sais très bien que si l’on devait uniquement regarder des films dont les héros masculins sont crédibles la liste ne serait pas bien longue, mais le coup du mec darcysé à ses limites. Vous ne pensez pas ?

Enfin, ce ne fut pas un désastre non plus, même si ma critique semble le laisser croire. Les décors sont charmants, les tenues très jolies et certains passages assez drôles. D’ailleurs, ne zappez pas le générique qui vous offrira une version très originale du fameux « Hot in here » de Nelly !