10

C’est lundi, que lisez-vous ? [40]

76700538_o

Cette semaine j’ai lu « La femme du boulanger » de Marcel Pagnol et le tome 7 des bandes dessinées Kaamelott intitulé « Contre-attaque en Carmélide ». Ces deux lectures ont été plus divertissantes que passionnantes. Je poursuis avec « Femmes de Dictateur » et pour la suite je ne sais pas trop encore. J’ai vu que la version poche de « Une lettre de vous » était sortie, je vais peut-être l’acheter (c’est moins cher qu’Outlander) ou alors je vais continuer de vider ma P.A.L, ce qui ne serait pas une mauvaise chose !

Ce que j’ai lu la semaine dernière :

couv55090043 Kaamelott, tome 7 : Contre-Attaque En Carmélide - Alexandre Astier

Ce que je suis en train de lire :

couv49751353

Mes prochaines lectures :

couv67957136 La poursuite du bonheur - Douglas Kennedy Une lettre de vous - Jessica Brockmole

 ** Et vous, qu’avez-vous lu ? **

1

Pourquoi Jon Snow ne peut pas mourir !

o-JON-SNOW-570

Je ne rentrerai pas dans le débat qui consiste à dire que Melisandre va ressusciter Jon Snow. Je n’en sais strictement rien mais je ne peux nier espérer qu’il n’est pas « vraiment » mort, pour la simple et bonne raison que je m’y oppose et voici pourquoi…

1. Il ne peut pas avoir fait tout ça pour mourir avant l’assaut final

kit2

Se faire tuer en traitre avant le combat final contre les white walkers c’est tout simplement impossible. C’est comme mettre des mois à préparer la fête du siècle et tomber malade le jour même.

2. Trop de morts et à ce rythme là moi aussi je vais y passer !

J’ai accepté la mort de Khal Drogo…

game-of-thrones-season-1-khal-drogo-and-daenerys

… j’ai survécu à la fin tragique de Robb Stark, sa mère, sa meuf, son futur enfant,
son loup 
(non sans pleurs et sans cris)…

tumblr_mthqcziRdL1qeijvdo1_250 tumblr_mthqcziRdL1qeijvdo2_250tumblr_mthqcziRdL1qeijvdo3_r1_250 tumblr_mthqcziRdL1qeijvdo4_r1_250

… j’ai supporté la mise à mort impitoyable d’Oberyn (là aussi j’ai crié)…

oberyndead_zpsd31e74d4

… je me suis remise de la mort d’Ygritte…

tumblr_nchyypBxaO1tdr214o1_500

… je prends actuellement sur moi pour Jorah et sa transformation en stone man…

Sans titre-1

… et on pourrait y passer la nuit. Myrcella, Shireen, Ned Stark, Renly Baratheon, etc…

rip

… ALORS MAINTENANT STOP !!!

tumblr_md5c6e1EPZ1r7hgo9

3. Je vais me transformer en être maléfique.

Les méchants tendent à vivre plus longtemps que les gentils dans « Game of Thrones », je vais du coup devoir m’attacher à eux pour des raisons médicales. L’accumulation de deuils étant fortement dangereuse pour ma santé.

824635

Surement le coeur !

Ainsi, si je fini par aimer Ramsey Snow, The night king et Walder Frey ma morale en prendra un sacré coup ! C’est ça que veut cette série ? Me voir sombrer du coté obscur de la force ??!!

1423590225-taylorinsane

4. Daenerys ne peut pas avoir le monopole du princess hair !

kit

5. Et enfin parce-que…

enhanced-buzz-wide-1279-1379091202-10

… je parlais de quoi déjà ??

1

Le Montespan – Jean Teulé

51Cy7UXRQuL

Présentation : Au temps du Roi-Soleil, avoir sa femme dans le lit du monarque était pour les nobles une source de privilèges inépuisable. Le jour où Louis XIV jeta son dévolu sur Mme de Montespan, chacun, à Versailles, félicita le mari de sa bonne fortune. C’était mal connaître Louis-Henri de Pardaillan, marquis de Montespan… Gascon fiévreux et passionnément amoureux de son épouse, Louis-Henri prit très mal la chose. Dès qu’il eut connaissance de son infortune, il orna son carrosse de cornes gigantesques et entreprit de mener une guerre impitoyable contre l’homme qui profanait une union si parfaite. Refusant les honneurs et les prébendes, indifférent aux menaces répétées, aux procès en tous genres, emprisonnements, ruine ou tentatives d’assassinat, il poursuivit de sa haine l’homme le plus puissant de la planète pour tenter de récupérer sa femme…


Mon avis : 4/5

Nombre de pages : 309
Éditeur : Pocket
Collection : Littérature
Langue : Français
Prix : 6.80 €

J’ai tout simplement adoré ce livre ! En fan d’histoire, quel plaisir j’ai eu en découvrant l’envers du décors de la relation entre Louis XIV et La Marquise de Montespan, plus connue comme Madame de Montespan. Ce livre nous raconte tout, depuis sa rencontre avec Louis-Henri de Pardaillan, Marquis de Montespan, jusqu’à sa mort dans un couvant, abandonnée de tous.

Ce qui avait commencé comme une belle histoire d’amour a vite tourné au vinaigre une fois sous la coupe du roi soleil et de sa cours. Le Montespan n’aurait jamais imaginé qu’accepter de voir sa femme partir à Versailles en qualité de dame d’honneur de la reine marquerait le début de sa descente en enfer. De nature honnête, il était persuadé que son épouse lui resterait fidèle, à lui et à ses valeurs, mais ce n’était sans compter sur l’ambition démesurée de la marquise ainsi que le pouvoir irradiant du roi.

Découvrir une histoire connue, celle de la relation entre Louis XIV et La Montespan, d’un angle différent, celui de son mari, a été très intéressant. Comment il a remué ciel et terre pour retrouver sa femme ou à défaut se venger du roi qui n’a eu de cesse de créer de fausses histoires pour se débarrasser de ce mari encombrant. Mais aussi cette femme, qui par amour du luxe a renié sa famille sans un regard en arrière. On dit souvent qu’il y a deux sons de cloche à une histoire, ici Jean Teulé nous propose de découvrir enfin le point de vue du mari cocu !

Il en profite aussi pour nous peindre le paysage de la vie de tous les jours au XVIIeme siècle. L’hygiène plus que douteuse : « Le roi, lui, ne s’est baigné qu’une fois dans sa vie. Chaque matin, son premier valet de chambre dépose quelques gouttes d’esprit de vin sur les mains de Sa Majesté. Son grand chambellan présente le bénitier. Louis se signe, il est lavé. » Mais aussi l’alimentation riche en viande (pas étonnant qu’ils aient tous la goute), la médecine loufoque où l’on cherche à équilibrer les humeurs… Et puis il y a la consanguinité, terriblement ancrée dans les familles royales. Jean Teulé ne manque pas d’humour lorsqu’il nous parle du futur roi d’Espagne qui fait preuve d’une lenteur aussi bien physique que mentale ou encore lorsqu’il décrit les enfants de Louis XIV et Madame de Montespan.

En conclusion « Le Montespan » est surement l’un de mes livres préférés de Jean Teulé. Très bien documenté il permet de découvrir une page de l’histoire tout en riant de bon coeur, même si souvent il s’agit d’humour noir.


Jean Teulé se voit souvent donnée la possibilité de donner vie à ses histoires : film, bande dessinée, pièce de théâtre, dessin animé… Pour ce qui est du roman « Le Montespan » une version BD est sortie. Alors si comme moi vous avez adoré ce livre et ne souhaitez pas vous arrêter là ou alors si vous êtes plus BD que roman, voici qui devrait vous intéresser.

91Tnc86ZyiL

Edition : Delcourt / Prix : 15.10€

couv16839114

Edition : Pocket / Prix : 8.10€

9

C’est lundi, que lisez-vous ? [39]

76700538_o

Cette semaine j’ai lu « Le Montespan » de Jean Teulé et j’ai adoré ! Découvrir ce personnage et l’époque à travers la plume de cet écrivain est un véritable plaisir. Maintenant je suis en plein drame amoureux avec « La femme du boulanger » de Marcel Pagnol, acheté récemment 50c chez un bouquiniste. À ce prix là ça se refuse pas ! La suite est floue, hier je me suis achetée « Jean de Florette » et « Manon des sources » chez Boulinier (ce magasin avec ses livres à 20c fait du mal à ma PAL) puis j’ai encore pas mal de livres en attente dans ma bibliothèque. Suspense…

Ce que j’ai lu la semaine dernière :

75181002

Ce que je suis en train de lire :

couv55090043

Mes prochaines lectures :

couv27891880 couv67957136 Quatre Enterrements et un Mariage - Matthieu Nolo La poursuite du bonheur - Douglas Kennedy

 ** Et vous, qu’avez-vous lu ? **

0

Orange is the new black

tumblr_n8epoz0uxz1rj5ucxo5_500

En l’honneur de la saison 3 (tant attendue) de « Orange is the new black » sortie la semaine dernière, je vous propose une sélection de pièces monochromes qui mettront du peps dans votre vie. Fini le noir triste et tellement commun, osez l’orange acidulé !

orange

1. Robe en mousseline plissée, ALICE + OLIVIA, 430€
2. Lunettes de soleil Round Metal RB3447, RAY-BAN, 210€
3. Boucles d’oreilles « Brinco Leque », MARIAH ROVERY, 62€
4. Pochette fluo, SKINNYDIP chez ASOS, 34.99€
5. T-shirt à volant, ZARA, 14.95€
6. Combi-short en jersey, H&M, 14.99€
7. Montre digitale, CASIO, 26.99€
8. Petite trousse à maquillage, TOPSHOP, 10€
9. Mini-jupe en piqué gaufré fluo Ethan, OPENING CEREMONY, 199.50€
10. Baskets Air Max 90, NIKE, 143.99€

2

Outlander, Tome 3, Le Voyage – Diana Gabaldon

71Y9EWcl5hL

Présentation : Vingt années se sont écoulées depuis le périple de Claire Beauchamp-Randall dans l’Ecosse du XVIIe siècle. Si l’infirmière britannique a refait sa vie depuis, le souvenir de Jamie Fraser et des années tumultueuses vécues ensemble reste intact. Aussi, lorsqu’elle apprend qu’il a survécu à la sanglante bataille de Culloden ayant marqué la défaite de l’armée écossaise, elle se trouve confrontée à un terrible dilemme. En remontant une nouvelle fois le temps, retrouvera-t-elle celui qu’elle a quitté deux décennies auparavant ? Fuite, tempêtes, intrigues politiques et prophéties étranges : la suite d’une série incontournable !


Mon avis : 4,5/5

Nombre de pages : 1020
Éditeur : J’ai Lu
Langue : Français
Prix : 16€

On avait quitté Claire sous le choc après avoir appris que Jamie n’était pas mort à Culloden. On la retrouve ici avec sa fille Brianna, qui une fois passé le choc des révélations de sa mère, décide de l’aider à retrouver ce père qu’elle n’a jamais connu.

J’ai beaucoup apprécié la façon dont Diana Gabaldon décrit les retrouvailles de nos deux héros. Comme à son habitude elle ne tombe pas dans les clichés et la facilité. Les années ont passé, vingt ans loin l’un de l’autre ça laisse des marques. Retrouver son mari après tout ce temps c’est un peu comme rencontrer une nouvelle personne. Il faut le temps de se redécouvrir, de briser la gène et de sécher les larmes sur tout le temps perdu.

Pour moi Jamie et Claire c’est le couple idéal. Pas parce qu’ils sont beaux, passionnés et toujours prêts à l’aventure mais parce qu’ils sont d’une loyauté sans faille l’un envers l’autre. Ensemble ils peuvent tout supporter et affronter. Ils ont eu des coups dur, des moments de crises, ils n’ont pas toujours été d’accord mais ils réussissent toujours à trouver un terrain d’entente. Leur couple est selon moi l’image même de la maturité. On est plus dans la passion aveuglante mais les sentiments qu’ils éprouvent sont encore plus vrais. Claire aime Jamie pour ses qualités tout en connaissant ses défauts et réciproquement.

Dans « Le Voyage » on quitte l’Ecosse pour un périple en mer et dans les iles. Comme avec les précédents tomes, tout en suivant l’intrigue, on découvre des faits plus propres à la vie de tous les jours à l’époque. Les traversées mêlant hygiène douteuse, piraterie et commerce d’esclaves.

Ce tome c’est aussi le retour de personnages secondaires emblématiques. Vingt ans plus tard eux aussi ont changé. Certaines retrouvailles sont joyeuses, je pense par exemple à Fergus (d’ailleurs sa description m’a fait énormément penser à Hook de « Once upon a time ») et d’autres beaucoup moins et là me vient tout de suite en tête Laoghaire !

En conclusion ce troisième tome a été un bonheur à lire tout comme les précédents. Mon histoire d’amour avec Jamie et Claire est loin d’être terminée. Chaque tome se termine avec une seule envie : lire le prochain au plus vite !

0

L’Auberge espagnole / Les Poupées russes / Casse-tête chinois

affich_25749_1 affich_1576_1 affich_1575_1

Présentation : Xavier, étudiant en sciences économiques, rêve d’être écrivain. Mais son destin semble être d’intégrer le ministère des Finances grâce à un ami de son père qui lui conseille d’aller vivre une année en Espagne afin d’acquérir une spécificité qui favorisera son embauche. Il décide donc de faire une année d’études à Barcelone grâce au programme Erasmus. Loin de sa copine Martine, il se retrouve à partager en colocation un appartement avec d’autres étudiants étrangers : la Belge Isabelle, l’Anglaise Wendy, l’Italien Alessandro, l’Espagnole Soledad, le Danois Lars et l’Allemand Tobias. Entre dépaysement, choc culturel, difficulté de la langue, il commence à s’intégrer en profitant de sa vie d’étudiant.


Mon avis : 3,5/5

Il y a plusieurs années j’avais regardé sans grande concentration « L’Auberge espagnole » mais je n’en avais pas gardé un grand souvenir. Du coup, j’ai récemment décidé de revoir ce film et puis pourquoi pas les suites… Je crois qu’à l’époque je ne comprenais pas Xavier, personnage principal joué par Romain Duris, et par conséquent ses aventures ne m’intéressaient pas vraiment. Mais les années ont passé et à maintenant 29 ans je le comprends beaucoup mieux ainsi que sa vie un peu bordélique.

J’ai beaucoup aimé le rythme des trois films. Klapisch a un style bien à lui très accrocheur et la bande son est toujours extra ! J’ai aussi beaucoup apprécié la justesse des personnages bien que vers la fin le coté « Tout le monde est heureux avec une carrière de fou et des apparts grandioses » m’a semblé un peu exagéré. Autant sur pas mal de points la saga fait la part belle au réalisme, autant coté professionnel on s’emballe un peu. Xavier qui fait figure de paumé du groupe devient quand même écrivain à succès (et occasionnellement excellent joueur de pipeau).

Cependant au delà de ce détail j’ai trouvé l’histoire touchante. Xavier, ce personnage un peu paumé, construit sa vie au jour le jour et met du temps à trouver sa place. Je me sens toujours proche de ce genre de personnage à qui la vie n’offre pas tout d’un coup et qui doit enchainer pas mal de galères avant de trouver son « Graal ».

« Je sais pas pourquoi ma vie a toujours été un tel bordel. Elle a toujours été compliquée, mal foutue, en vrac. Les autres, j’ai l’impression, ont une vie plus simple, plus cohérente, plus logique quoi. » Xavier

Finalement Xavier c’est le mec type de 2015. Il a fait des études mais à changé de voie en cours de route prenant le risque de se casser lamentablement la gueule. Il a sa bande de potes avec qui dès fois ça chahute et puis il a des relations amoureuses pas toujours évidentes mais toujours sincères à sa façon. À la fois goujat et romantique, il est un personnage, sentimentalement parlant, que j’aime et que je déteste. Terriblement crédible donc agaçant par moment !

Xavier et les trois femmes de sa vie !

Xavier et les trois femmes de sa vie !

En conclusion, je suis ravie d’avoir retenter l’expérience Klapisch. Après « L’Auberge espagnole », que j’ai regardé cette fois avec plus de concentration, j’ai enchainé avec « Les Poupées russes » et « Casse-tête chinois ». Et contrairement à beaucoup de suites, ici plus on avance, mieux c’est !

14

C’est lundi, que lisez-vous ? [38]

76700538_o

Cette semaine j’ai lu le très drôle « Demain j’arrête ! » de Gilles Legardinier et je suis directement passée à « Le Montespan » de Jean Teulé. Pour le moment je n’en suis qu’au début donc je n’ai pas vraiment d’avis sur le roman mais je vous en dirai plus la semaine prochaine. Par la suite j’hésite toujours entres plusieurs livres : « Max », « L’épopée du Perroquet » ou alors vais-je craquer et acheter le tome 4 de « Outlander »…

Ce que j’ai lu la semaine dernière :

9782266233040

Ce que je suis en train de lire :

75181002

Mes prochaines lectures :

80679657_o couv27891880 couv74995725

** Et vous, qu’avez-vous lu ? **

3

Demain j’arrête ! – Gilles Legardinier

9782266233040

Présentation : Et vous, quel est le truc le plus idiot que vous ayez fait de votre vie ?
Au début, c’est à cause de son nom rigolo que Julie s’est intéressée à son nouveau voisin. Mais très vite, il y a eu tout le reste : son charme, son regard, et tout ce qu’il semble cacher…
Parce qu’elle veut tout savoir de Ric, Julie va prendre des risques de plus en plus délirants…


Mon avis : 3.5/5

Nombre de pages : 398
Éditeur : Editions Pocket
Langue : Français
Prix : 7.70€

Julie est une personne pétillante, drôle et attachante. Son histoire n’est pas bien originale : elle vient de se faire plaquer après deux ans d’une relation boiteuse et a un peu de mal à s’en remettre. Est-ce parce que ce roman est écrit par un homme mais j’ai aimé le fait qu’on ne tombe dans dans de la chick-lit facile et clichée.

Son coup de foudre pour le beau Ric n’est pas vraiment sur-joué. Au contraire, ses moments de divagation où elle ne pense qu’à lui m’ont fait penser à moi et certains de mes béguins. Je me suis tout à fait reconnue dans cette personnalité un brin control freak. Elle le dévore des yeux au point de tout connaitre de lui, fait le pied de grue pour tomber « comme par hasard sur lui », rassemble toutes les informations qu’elle trouve qui pourrait éclaircir le mystère Ric. Que celle qui n’a jamais eu un gros crush de la sorte lui jette la première pierre…

À coté de ça on a des passages très drôles. J’ai d’ailleurs eu du mal à garder mon sérieux lorsque je lisais ce roman dans des lieux publics. Je me suis surprise à avoir un fou rire dans un parc (les gens ont surement pensé que j’avais chopé une insolation et que je délirais). Il y a aussi les réflexions de Julie sur la vie en génénal dans lesquelles je me suis souvent retrouvée. J’en retiens une en particulier à propos de l’amitié :

Je ne sais pas pour vous mais, au début de ma vie, il n’y avait que deux sortes de personnes dans mon univers : celle que j’adorais et celles que je détestais. Mes meilleurs amis et mes pires ennemis. Ceux pour qui je suis prête à tout donner et ceux qui peuvent aller crever. Ensuite on grandit. Entre le noir et le blanc, on découvre le gris. On rencontre ceux qui ne sont pas vraiment des amis mais que l’on aime quand même un peu et ceux que l’on prend pour des proches et qui n’arrêtent pas de vous planter des couteaux dans le dos.

Pour ce qui est de l’intrigue, l’air de rien ce petit mystère m’a tenue en haleine. Qui est Ric ? Pourquoi fait il tout un mystère de sa personne ? Bon, ce n’est pas un polar mais c’est une charmante comédie romantique faite de rires, de moments de tendresse, d’amour et d’une cuillerée de suspense.

En conclusion « Demain j’arrête ! » est un roman agréable et rapide à lire. Tout porte à croire que ce n’est pas le dernier livre de Gilles Legardinier qui passe entre mes mains !