Marie-Antoinette

718cevfnpll

Présentation : Zweig s’est penché sur Marie-Antoinette en psychologue. Il ne la divinise pas. Il analyse la chimie d’une âme bouleversée par les événements, qui, sous le poids du malheur et de l’Histoire, se révèle à elle-même et se rachète, passant de l’ombre de la jouissance à la lumière de la souffrance.


Mon avis : 5/5

Nombre de pages : 506
Éditeur : Le Livre de Poche
Langue : Français
Prix : 7.60 €

J’ai tardé avant d’acheter ce livre et pourtant dieu sait que j’adore tout ce qui touche à la monarchie française. J’avais l’impression qu’il serait quelque peu indigeste mais une amie qui l’a lu et adoré m’a poussée à franchir le pas.

Je suis tout de suite rentrée dans « l’Histoire ». Stefan Zweig a abattu un travail de titan afin de nous proposer une biographie aussi riche en détails et rebondissements. Chaque moment clé de la vie de Marie-Antoinette est raconté avec soin afin qu’on ait l’impression d’y avoir été. Le tout accompagné de lettres (strictement triées, Stefan Zweig ayant une phobie du « faux ») qui permettent de cerner au mieux les protagonistes et leurs relations.

On découvre ainsi l’humain chez les grands noms de l’Histoire. Marie-Antoinette n’est plus une reine égocentrique qui a proposé aux français de manger de la brioche lorsque ces derniers manquaient de pain (une phrase qu’elle n’a d’ailleurs jamais réellement prononcé) mais une femme qui a agit en fonction du moment. Lorsque la vie était facile, elle était frivole mais en pleine révolution elle est devenue forte, imperturbable et fine stratège. Louis XVI, lui, n’était qu’un homme moyen, un père et mari aimant mais un roi tristement inefficace et indécis. Grace aux correspondances entre Marie-Antoinette et sa mère Marie-Thérère on découvre une impératrice dévouée à son peuple et prête à beaucoup de sacrifices pour son pays l’Autriche. Impossible enfin de passer à coté d’Axel de Fersen, l’amour passionnel de la reine. L’homme qui la portera dans son coeur jusqu’à la mort et qui aurait pu donner sa vie pour celle qu’il aime.

Ce livre c’est aussi l’histoire de complots, de malversations, de coups bas dans une même famille afin d’accéder au trône. On y trouve tout : amour, crime, politique, amitié, deuil, violence, chaos… (c’est pas « Game of Throne », mais presque)

500 pages qui vous transportent dans le faste de Versailles, au porte de la révolution puis en pleine terreur. On en ressort quelque peu chamboulé  avec un regard éclairé sur des personnages oubliés ou devenus des symboles d’une époque lointaine et désuète.

giphy-1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s