Call the midwife

1200x630bb

Présentation : East End, Londres, 1957. Sage-femme fraîchement diplômée, la jeune Jenny Lee s’apprête à entrer dans la vie active. Mais en lieu et place de l’hôpital où elle croit avoir été embauchée, c’est un couvent qui l’attend : Nonnatus House. Elle va y découvrir l’âpre réalité d’un quartier défavorisé, mais aussi faire la connaissance de femmes qui sont de véritables héroïnes.


Mon avis : 4/5

Au mois de décembre, alors que je regarde déjà énormément de séries, j’ai décidé d’en ajouter une énième à la liste. Mon choix s’est porté sur « Call the midwife ». Il faut dire qu’avec Netflix une série en appelle une autre. C’est un cercle vicieux dont on ne sort jamais…

Sur papier, « Call the midwife » avait tout pour me plaire. Située en Angleterre, cette série nous propose un retour en arrière de 60 ans afin de suivre la vie de sages-femmes dans un quartier pauvre. Dès le premier épisode j’ai été emballée, au point de me faire les 6 saisons en deux semaines.

J’ai adoré ce mélange de nostalgie et de bons sentiments sans jamais tomber dans de la guimauve. On n’hésite pas a contrecarrer les aspects nostalgiques avec des drames directement liés à l’époque. Ainsi, on en apprend plus sur les progrès médicaux pendant les années 50/60. On assiste à l’arrivée de la pilule contraceptive, les grands hôpitaux qui aspirent les petites structures médicales de quartier, les premiers rapports négatifs sur la cigarette, le thalidomide (un médicament prescrit entre autre aux femmes enceintes souffrant de nausées et qui a causé de graves malformations chez les bébés)…

susan2JPG

Les effets du Distaval/Thalidomide sur la petite Susan

Bien qu’installée dans un couvant, et mettant en avant de nombreuses religieuses, cette série n’en est pas pour autant religieuse. Au contraire, elle n’hésite pas à montrer que les croyants sont de moins en moins nombreux ou en tout cas de plus en plus pragmatiques.

Forcément, quand on repart 60 ans en arrière on atterri dans un monde bourré de clichés, de valeurs (maintenant désuètes) et de préjugés mais cette série n’hésite pas à briser les idées reçues. Une prostituée n’est pas impure, une mère de famille a le droit de s’émanciper, une fille mère n’est pas perdue…

En conclusion, cette série aura été la bonne découverte de la fin de l’année 2017. J’attends maintenant la saison 7 avec impatiente !


Et si vous voulez aller plus loin, vous pouvez lire le livre « Appelez la sage-femme » dont cette série est adaptée. Le récit autobiographique de jennifer Worth, la jeune sage-femme qui débarque au couvant Nonnatus.

819ce38BA1L

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s