0

Vox – Christina Dalcher

71X0OGry0nL

Présentation : Jean McClellan est docteure en neurosciences. Elle a passé sa vie dans un laboratoire de recherches, loin des mouvements protestataires qui ont enflammé son pays. Mais, désormais, même si elle le voulait, impossible de s’exprimer : comme toutes les femmes, elle est condamnée à un silence forcé, limitée à un quota de 100 mots par jour. En effet, le nouveau gouvernement en place, constitué d’un groupe fondamentaliste, a décidé d’abattre la figure de la femme moderne. Pourtant, quand le frère du Président fait une attaque, Jean est appelée à la rescousse. La récompense ? La possibilité de s’affranchir – et sa fille avec elle – de son quota de mots. Mais ce qu’elle va découvrir alors qu’elle recouvre la parole pourrait bien la laisser définitivement sans voix…


Mon avis : 3.5/5

Nombre de pages : 432
Éditeur : Editions Nil
Langue : Français
Prix : 22€

« Vox » est une dystopie forte et percutante dans la lignée de « La servante écarlate » de Margaret Atwood. Ici aussi les femmes sont les premières victimes d’une nouvelle politique américaine. Je dis bien « les premières » et non « les seules » car je ne pense pas qu’un mari dont la femme et la fille doivent vivre avec un compte mot, les rendant ainsi quasiment muettes, soit une position enviable. Qu’en est il aussi de voir ses enfants élevés dans un culte qui nous dépasse et nous dégoûte mais ne pouvoir rien faire.

« Vox » c’est donc l’histoire d’une population transformée en quelques années par une église des plus conservatrice fermement dirigée par un Pasteur sociopathe et mégalo. On revient alors à l’âge de pierre où le seul devoir de la femme et de s’occuper de son foyer mais surtout respecter son mari. Et si vous n’êtes pas mariée passé un certain âge, à vous les maisons closes afin de répondre aux besoins des hommes les plus puissants. Il est aussi important de ne pas enfreindre les lois sous peine d’être humilié publiquement, jeté en camps de travail ou encore tué (peut être la meilleure option).

J’ai adoré les aspects sociologique et politique de cette histoire. La façon dont les choses sont amenées est assez effrayante car elle fait écho à notre propre société. Malheureusement, rien de ce qui est raconté dans ce livre me semble irréalisable aujourd’hui.

Un bémol cependant pour la partie scientifique qui m’a un peu perdue et par conséquent ne m’a pas beaucoup intéressée. Leur plan m’a paru souvent confus, quant à la relation entre Jean et son confrère italien, pas sûre qu’elle était vraiment nécessaire à l’histoire.

En conclusion « Vox » est une histoire très intéressante mais qui se perd dans un labyrinthe scientifique. Dommage, ça aurait pu être un coup de cœur.