0

Mon âme soeur – Irreplaceable you

affich_69676_1

Présentation : Abbie et Sam sont des âmes sœurs depuis l’âge de 8 ans et sont destinés à vivre ensemble pour toujours jusqu’à ce que la mort s’en mêle


Mon avis : 3/5

Disponible depuis peu sur Netflix, je me suis empressée de regarder ce film au duo prometteur : Michiel Huisman ( Game of Thrones, The Age of Adeline) et Gugu Mbatha-Raw (Belle, Black Mirror, Beyond the lights).

L’histoire, quand à elle n’est pas nouvelle. Un couple qui s’aime passionnément mais qu’une maladie incurable vient séparer. Il est facile de se laisser attendrir et j’ai été par moment émue mais ça n’a pas suffit à rendre le film intéressant. Selon moi l’intrigue se repose trop sur ses acquis, à savoir une situation injuste pour une jeune femme à qui il ne reste plus que quelques mois à vivre. J’aurais aimé que l’histoire explore d’autres chemins, que les personnages soient plus développés et moins lisses. Alors oui, Abbie décide d’affronter la maladie à sa façon en planifiant la future vie (sans elle) de son copain. Mais j’ai trouvé la aussi qu’on restait à la surface.

anigif_sub-buzz-19106-1517605714-1

Finalement c’est  Myron (incarné par Christopher Walken), un personnage secondaire, que j’ai préféré. Il ose sortir de son personnage de mourant quitte à choquer et j’adore ça.

Ce qui aurait pu être une histoire intéressante peine à capter l’attention. Un couple mignon face à un drame mais j’ai comme l’impression que les parties intéressantes nous sont cachées… Ou alors ce couple est bel et bien ennuyeux…

Publicités
0

La Belle et la Bête

affich_36928_4

Présentation : Fin du XVIIIè siècle, dans un petit village français. Belle, jeune fille rêveuse et passionnée de littérature, vit avec son père, un vieil inventeur farfelu. S’étant perdu une nuit dans la forêt, ce dernier se réfugie au château de la Bête, qui la jette au cachot. Ne pouvant supporter de voir son père emprisonné, Belle accepte alors de prendre sa place, ignorant que sous le masque du monstre se cache un Prince Charmant tremblant d’amour pour elle, mais victime d’une terrible malédiction.


Mon avis : 4/5

Cette semaine je suis allée voir « La Belle et la Bête ». Je suis assez critique vis à vis des adaptations Disney mais la je dois dire que je n’ai pas été déçue.

Beauty-and-the-Beast-New-Trailer-beauty-and-the-beast-2017-40203959-500-208

Pour commencer, les décors sont somptueux ! Le village de Belle a ce charme rustique français. On se croirait dans le hameau de la reine Marie Antoinette à Versailles. Quand au château, il en impose. Tourné à la fois en studio et dans un véritable château français, il laisse sans voix. Sombre et majestueux, il est tout simplement parfait pour la Bête.

beauty-and-the-beast1

J’ai été ravie de constater que tout ce qui faisait défaut au dessin animé (bien qu’il compte parmi mes préférés) avait été corrigé dans ce film. Pour commencer, on règle le soucis de chronologie. Ici le Prince était bel et bien un adulte lors de la malédiction et son comportement égoïste, en quelques sortes validé par son entourage, fait qu’on comprend mieux pourquoi ses domestiques ont eux aussi été touchés. Comme le dit l’adage : qui ne dit rien consent. Leur faute aura donc été de laisser le Prince agir de manière égocentrique. Un comportement qui a lui aussi droit à une explication. Au final le Prince est largement plus travaillé dans le film que dans le dessin animé. Son caractère et son passé sont développés, et ce pour notre plus grand plaisir. Personnellement, j’ai craqué, même en version bestiale !

Gros coup de coeur aussi pour le binôme Gaston et Le Fou. Ils sont tellement drôles et convaincants qu’on finirait par croire que les personnages du dessin animé ont été créés d’après les acteurs et non l’inverse.

tumblr-omyw47lq6j1r3fa1zo1-500-149016747115071682_10-changes-we-absolutely-loved-in-the-new_t66258abb

Bien sûr, un mot sur l’excellente performance d’Emma Watson. Mais qui pouvait douter qu’elle ne serait pas parfaite en Belle ?! Autre bon point, son père. Il perd ici son coté très loufoque du dessin animé et c’est pas plus mal.

Pour finir,  il y a cette question du temps et de la malédiction qui finit par amener des tas d’hypothèses intéressantes. On nous explique que le château et ses occupants ont été effacés de la mémoire des habitants du village. Lorsque Belle, dans la scène « Bonjour », chante que chaque jour se ressemble, on pourrait finir par penser qu’elle est coincée dans une sorte de journée sans fin. Depuis la malédiction ça tournerait en boucle et elle serait la seule à s’en rendre compte n’étant pas originaire du village. Je trouve l’idée intéressante et même si elle est fausse, j’aime lorsqu’un film fait réfléchir.

emma-watson-singing-belle

En conclusion « La Belle et la Bête » est un très bon film qui plaira aux petits comme aux grands. Seul petit bémol : la version française. J’ai vu le film en V.O mais grâce à Youtube j’ai pu constater que les chansons en français ne sont pas exactement les mêmes que dans le dessin animé. Quelle torture quand on les connait par coeur…

Je ne savais pas (dessin animé)

Je ne savais pas (film)

0

Sausage Party

saus

Présentation : Après s’être échappé d’un sac de courses, une petite saucisse s’embarque dans une dangereuse quête pour découvrir les origines de son existence…


Mon avis : 4/5

Ce film a été la bonne surprise de cette fin de mois. Complètement barré, il n’en est pas pour autant léger. Truffé de références sociales, politiques ou religieuses, j’ai tout simplement adoré le concept !

Ce film nous montre la vie des aliments d’un supermarché. Leurs croyances en l’au-delà. Cet endroit merveilleux où les humains vous dorlotent 24 heures sur 24. Bref une vie sur un étal dans l’attente du moment divin où une personne les achètera. Mais tout ça c’était avant qu’une terrible vérité éclate : les humains ne sont pas leurs amis, pas du tout !

uwwvtrg8gtdda

J’ai adoré le concept de microcosme. Le supermarché est un mini monde où les produits allemands ne veulent pas partager leur allées avec les jus (juice en anglais qui se prononce comme jews : juifs) et les bagel (produit juif). Ces mêmes bagel qui doivent maintenant partager, non sans conflit, un étal avec les produits arabes. Nous avons aussi les « immortels », des denrées impérissables qui ont lancé l’idée des « dieux » pour enjoliver la réalité mais qui ne supportent pas que chaque allée ait repris le concept à sa façon en changeant les paroles de la chanson originale. Bref, tout n’est que clins d’oeil à notre propre civilisation. Un régal !

Signé Seth Rogen, on a aussi droit à énormément de références sexuelles et à la drogue. D’ailleurs c’est un dessin animé interdit au moins de 12 ans. Je n’ai pas trouvé cela lourd comme humour car au final c’est bien traité et à part la scène finale on est plus souvent sur des allusions marrantes que sur des blagues bien grasses d’ados boutonneux.

tumblr_oap668x6xx1u58bayo1_500tumblr_oap668x6xx1u58bayo2_500

En conclusion j’ai passé un super moment. J’ai beaucoup ris et je vous encourage fortement à le regarder. Humour et analyse de la société sont au rendez-vous !

0

W.E

we

Présentation : Le roi Edouard VIII d’Angleterre abdique quelques mois seulement après le début de son règne sur le Royaume Uni pour pouvoir épouser Wallis Simpson, une jeune femme divorcée. Il provoque alors la plus grande crise constitutionnelle d’Angleterre de tout le vingtième siècle.


Mon avis : 3.5/5

Cela faisait longtemps que ce film me faisait de l’oeil. Il faut dire que j’ai une fascination pour les monarchies et j’étais assez curieuse de découvrir un film qui retrace l’histoire d’amour d’Edouard VIII et Wallis Simpson. Autre aspect intéressant de ce film, ou du moins surprenant, la réalisatrice n’est autre que Madonna. Et la aussi j’avais hâte de voir quel ambiance elle allait donner à cette histoire. En croisant les doigts pour qu’elle n’opte pas pour le trash…

Au final j’ai trouvé la mise en scène très glamour à l’esthétique parfaite, peut-être même un peu trop. Ce film met en avant deux histoire qui se veulent gémellaires. D’un coté nous avons la fameuse romance royale et de l’autre celle de Wallis (encore une), une jeune femme de notre époque, coincée dans un mariage loin de la rendre heureuse.

tumblr_m1ok276kbv1qh8wr8o1_r1_500
tumblr_m1ok276kbv1qh8wr8o2_500

Wallis est fascinée par l’autre Wallis (Simpson), ce qui permet de découvrir cette personnalité bien trop souvent caricaturée. On l’a vue comme celle qui a brisé la monarchie voire comme une « gold digger ». « WE » permet de rétablir sa vérité. On découvre ainsi une femme complexe, fascinée par l’aristocratie mais qui s’est elle aussi perdue dans cette relation interdite. On pense souvent aux sacrifices d’Edouard VIII mais on oublie ceux de Wallis Simpson, comme si elle ne comptait pas vraiment.

tumblr_m6cbe5ulpq1qaad4ao1_500

Autant l’histoire de Wallis Simpson m’a plu, me permettant  de mieux cerner ce couple mythique et de comprendre que malheureusement derrière chaque grand mythe souvent se cache une réalité qui elle ne fait pas rêver. Bien au contraire. Par contre la deuxième histoire m’a semblé surfaite et sans grand intérêt. Faire vivre Wallis et Edouard à travers une jeune femme de notre époque n’était pas sans intérêt, par contre sa propre vie amoureuse n’apporte pas grand chose à l’intrigue, pour ne pas dire rien du tout. Avons-nous besoin d’un parallèle pour saisir toute la complexité de la romance entre Wallis et le Prince d’Angleterre ? Je ne pense pas. Au contraire, alors que nous avons d’un coté une histoire d’amour à la fois passionnelle, destructrice mais terriblement réaliste, celle de la Wallis de notre époque est digne d’un téléfilm de l’après-midi. Le coup de la femme bafouée qui rencontre un mystérieux jeune homme (qui a le coup de foudre pour elle) qui se révèle être poète, musicien et veuf (sérieusement), même les Editions Harlequin n’osent plus le faire ! Bon, ça nous permet de voir Oscar Isaac à l’écran, c’est toujours ça, mais ce rôle ne lui rend pas justice.

tumblr_ob3bp9ijfb1t2mdaeo1_500

En conclusion « W.E » est un bon film qui aurait pu être encore meilleur si il s’était seulement focalisé sur le couple royal. Bonus non négligeable, les décors et costumes tout simplement somptueux !

0

Pride and Prejudice and Zombies

affich_33590_1

Présentation : En plus de sa recherche du grand amour et d’indépendance, la belle Elizabeth Bennet doit composer avec une invasion de zombies.


Mon avis : 3,5/5

J’aime beaucoup « Orgueil et Préjugés » de Jane Austen, j’ai vu plusieurs adaptations du roman et même si je suis fan de « The Walking Dead » je dois avouer que l’idée de Mr Darcy et Elizabeth combattant les zombies ne m’attirait pas beaucoup. Je n’ai pas lu le roman « Orgueil et Préjugés et Zombies » de Seth Grahame-Smith, et les critiques assez moyennes ne m’ont jamais donné envie de franchir le pas mais lorsque le film est sorti (et au vu du casting) je me suis dis qu’il serait intéressant d’y jeter un coup d’oeil.

Je dois avouer que j’ai été agréablement surprise. Le rythme et la réalisation m’ont plu. On a vraiment de très belles images. Quand aux acteurs, j’ai eu un coup de coeur pour Matt Smith en Mr Collins. Il est vraiment très drôle dans ce rôle !

1 2
3 4

Par contre je ne suis pas une grande fan de Lily James à la base, alors autant dire qu’elle ne m’a pas subjugué en Elizabeth Bennett. Elle n’est pas mauvaise mais il lui manque un petit quelque chose ou alors c’est son jeu qui fait que son personnage me laisse un peu de marbre.., À l’inverse je ne donnais pas cher de Sam Riley en Mr Darcy mais finalement sa version DD (dark-darcy) m’a séduite.

L’histoire est la même que celle de Jane Austen, a ceci près que l’Angleterre est envahit depuis des années par les zombies et que chacun tente de s’en sortir comme il peut. Les répliques les plus connues sont astucieusement placées.

Voila comment refuser une demande en mariage

Les zombies ne sont pas là uniquement pour rajouter du piquant. Au contraire, leur histoire est travaillée et intéressante. Elle s’imbrique dans la vie et le parcours des personnages. Et puis ces zombies là ne sont pas dénués d’intelligence, ce qui rajoute une note d’empathie. Tuer un être qui parle et réfléchi c’est tout de même autre chose que de tuer un mort vivant en mode automatique, mangeur de cervelles ou pas.

Certaines libertés sont prises avec l’intrigue originale, c’était obligé, mais elle ne font que renforcer les caractères des principaux personnages. Mr Darcy est beaucoup plus sombre, Mr Wickam plus diabolique et Mr Bingley souffreteux.

Enfin, j’ai aimé le placement de la scène du lac. Elle n’existe pas dans le roman de Jane Austen mais l’adaptation de 1995 avec Colin Firth l’avait rajouté et depuis elle est devenue CULTE !

tumblr_o4rz11umQI1ub7ayfo2_500tumblr_o4rz11umQI1ub7ayfo3_500

« Pride & Prejudice & Zombies » a donc vraiment été une bonne surprise. C’est l’avantage des films dont on attend rien, on finit souvent charmé. À l’inverse, combien de films ai-je attendu comme le messie pour me dire après visionnage qu’ils n’étaient vraiment pas terribles.

1

10 choses que j’ai apprises grâce à Disney

tumblr_m7hmmnQwVt1qhlgvyo3_250

1. Il ne faut pas se fier à la première impression

En effet, ceci :

tumblr_lx9qrzgt761qcmcpm

Peut devenir ceci :

e01Lm

tumblr_maiml7nGk01rgydtxo1_400

Chaleuuur !!!

2. Avec de la musique tout est mieux

Le ménage

La cuisine

La déprime

3. Il n’y a pas de mal à faire des rêves bizarres

alice-in-wonderland-confusing

Si vous aussi il vous arrive parfois de faire des rêves pire que les délires d’un junky sous LSD, « Alice au pays des merveilles » vous aidera à relativiser…

tumblr_o7tp3x4Dk01qluhgoo2_540

4. Ne jamais culpabiliser lorsqu’on fait une sieste

tumblr_inline_mm3io0MrkE1r5q8ld

Blanche-Neige et Aurore nous ont prouvé que toute bonne princesse qui se respecte se doit de dormir. En fait, plus longtemps vous dormez et mieux c’est !

Snow White sleepingsb2

5. La fourrure c’est pour les nazes !

Il va de soi que tous les animaux porteur de fourrure sont exemptés !

101-dalmatians-disneyscreencaps.com-1291

6.  Il n’y a pas de mal à être bavarde

Regardez Ariel. Sans sa voix il s’en est joué de peu pour qu’elle finisse façon sardines en boite et qu’elle entraine avec elle son père et toutes les sirènes du royaume de la mer ! Je t’adore Ariel mais même amoureuse il faut réfléchir avant d’agir et puis un homme qui tombe amoureux sans même n’avoir jamais discuté avec vous, ça promet rien de bon…

tumblr_m983ha9LUy1rrbbq2

7. Avoir un ami qui si connait en couture c’est toujours pratique

À défaut d’une marraine bonne fée ou d’un génie, une couturière fera l’affaire !

tumblr_m7tnicHmb61rts7z8o1_500

8. Un ami n’est pas forcément quelqu’un qui vous ressemble

Lumière & Big Ben

3112809843_1_9_aUwIVGV2

Timon & Pumba

tumblr_nmny0ffHon1tf52ito1_540

Buzz & Woodie

Woody-and-Buzz-flying-Toy-Story-1439571683

9. La créativité est l’ennemie de l’ennui

Peinture, macramé, tricot et poterie seront vos meilleurs alliés les dimanches pluvieux.

Tangled

10. Le prince charmant existe

giphy

Désolé, je sais, ce n’est pas beau de mentir…

Son
0

Cover #5 : Beauty & The Beast (Disney)

81etFyb9N-L._SL1500_

Sorti en 1992, « La Belle et la Bête » est le dessin animé qui a selon moi la meilleure bande originale. Véritable comédie musicale, son morceau « Tale as old as time » (Histoire éternelle en français) est sans nul doute l’une des plus belles chansons créées chez Disney. Elle continue encore de me donner des frissons. Signée Alan Menken, le maitre absolu des chansons Disney, elle s’écoute facilement en boucle.

Version originale en VF (premier doublable)

Angela Lansbury

La version US en live. J’adore !

Celine Dion & Peabo Bryson

Il y a bien sûr cette deuxième version officielle.

Charles Aznavour & Liane Foly

La version française a elle aussi beaucoup de charmes !

Sam Palladio & Clare Bowen

A la sauce Nashville, j’adooore !

Jordin Sparks

Version Jazz

Superbe !

anigif_enhanced-6525-1429727963-8-1435359046

0

Célibataire, Mode d’Emploi

htb

Présentation : Il y a toutes sortes de manières de vivre en célibataire. Il y a ceux qui s’y prennent bien, ceux qui s’y prennent mal… Et puis, il y a Alice. Robin. Lucy. Meg. Tom. David… À New York, on ne compte plus les âmes en peine à la recherche du partenaire idéal, que ce soit pour une histoire d’amour, un plan drague… ou un mélange des deux ! Entre les flirts par SMS et les aventures d’une nuit, ces réfractaires au mariage ont tous un point commun : le besoin de redécouvrir le sens du mot célibataire dans un monde où l’amour est en constante mutation. Un vent de libertinage souffle de nouveau sur la ville qui ne dort jamais !


Mon avis : 3,5/5

Enième comédie féminine ambiance « Sex and the city », ce film à l’avantage de s’intéresser à plusieurs tranches d’âges et du coup à différents questionnements auxquels sont confrontés les femmes. Nous avons Alice, tout juste diplômée, qui a décidé de « faire une pause » avec son petit ami afin de mieux se connaitre. En débarquant à New-York elle fera la connaissance de Robin, une jeune femme extravertie qui n’a qu’un but dans la vie « faire la fête ». Meg, la grande soeur d’Alice, se retrouve quand à elle confrontée à une envie de maternité jusque la jamais ressentie. Persuadée qu’elle ne voudrait jamais d’enfant, elle décide de se lancer en mode solo dans cette aventure. Enfin, il y a Lucy, la petite trentaine et obsédée par une seule chose : trouver un mari.

tumblr_o06u2mdLuP1ttegyuo2_1280 tumblr_o06u2mdLuP1ttegyuo3_1280tumblr_o06u2mdLuP1ttegyuo1_540 tumblr_o06u2mdLuP1ttegyuo4_r1_1280

Adaptation du roman de Liz Tuccillo, on sent tout de suite le style chick-lit. Des filles branchées, des appartements cosy, un style impeccable et un New-York qui fait rêver avec ses soirées branchées ! Tout cela est assez divertissent mais vu le nombre grandissant de films, livres et séries du même genre, on est loin de l’aspect rafraîchissant qu’on a connu avec l’arrivée de « Sex and the city » ou « Bridget Jones ».

Tout en étant relativement lisse, j’ai apprécié que l’histoire ne soit pas trop téléphonée. Certes, on est loin d’un drame, ici les filles trouvent des réponses à leur question mais parfois la réponses n’est pas forcément celle à laquelle on s’attendait et là c’est « un peu  » surprenant. Cependant, beaucoup de choses restent à la surface. Ce que j’aimais avec « Sex and the city » c’est que malgré un coté un peu « bling bling », la série n’hésitait pas à montrer la véritable détresse de ses héroïnes face aux épreuves de la vie : un avortement, une fausse couche, une rupture, un deuil. Une comédie « féminine » ce n’est pas juste de belles femmes en talons hauts et enchainant les cocktails. J’aime voir des personnages imparfaits qui par moment subissent les événements plutôt que toujours profiter de la vie. Le réalisme, il n’y a que ça de vrai ! On a eu beau jouer aux Barbies dans notre enfance, depuis on a grandi et on a compris que la vie n’était pas un long fleuve tranquille qui finit toujours bien. Alors si le cinéma pouvait arrêter de toujours nous vendre du rêve sous prétexte qu’on est dans une « comédie féminine », ça serait bien !

Dernier bémol, Rebel Wilson. Je ne comprends pas la popularité de cette actrice. Cette fille est une caricature pour moi. Elle a toujours l’air défoncé et son niveau d’humour, quel que soit le film, semble se situer entre l’âge pipi caca et les blagues de cul dans la cours du collège.

tumblr_o0n9euPCsO1ttegyuo1_250 tumblr_o0n9euPCsO1ttegyuo2_r1_250tumblr_o0n9euPCsO1ttegyuo3_r1_250 tumblr_o0n9euPCsO1ttegyuo4_r1_250

En conclusion, une comédie qui se regarde avec plaisir mais qui ne vous marquera pas bien longtemps et qui continue de nous mettre en avant le fait que la vie d’une femme est faite de trois grands piliers : les amis, l’amour et le style ! Personnellement, j’ai l’impression d’être un peu plus complexe que ça…


Et si vous voulez aller plus loin, voici le livre qui a inspiré le film. Il semblerait que beaucoup de libertés aient été prises avec l’adaptation, du coup le lire peut être intéressant.

51Z9FdLNdXL

Présentation : Par un frais matin d’octobre, Julie Jenson, publiciste célibataire de trente-huit ans, se rend à son bureau lorsqu’elle reçoit un appel de son amie Georgia, au bord de la crise de nerfs : son mari la quitte ! Malgré tout, cette dernière réussit à convaincre Julie d’organiser une sortie avec toutes leurs amies célibataires pour se convaincre qu’on s’éclate bien mieux quand on est libre. La soirée qui commence avec quelques verres, s’achève aux urgences de l’hôpital, ce qui provoque chez Julie une véritable prise de conscience. Lasse de ses déboires et de ses déceptions sentimentales, elle quitte son emploi et se lance dans un tour du monde, pour comprendre comment les femmes d’ici et d’ailleurs vivent le célibat. De Paris à Rio, en passant par Bali, Julie va découvrir l’aventurière qui sommeillait en elle.

Nombre de pages : 480
Éditeur : J’ai Lu
Langue : Français
Prix : 8 €

2

Les Suffragettes

affich_28152_1

Présentation : Au début du siècle dernier, en Angleterre, des femmes de toutes conditions décident de se battre pour obtenir le droit de vote. Face à leurs revendications, les réactions du gouvernement sont de plus en plus brutales et les obligent à entrer dans la clandestinité pour une lutte de plus en plus radicale. Puisque les manifestations pacifiques n’ont rien donné, celles que l’on appelle les suffragettes finissent par avoir recours à la violence pour se faire entendre. Dans ce combat pour l’égalité, elles sont prêtes à tout risquer: leur travail, leur maison, leurs enfants, et même leur vie. Maud est l’une de ces femmes. Jeune, mariée, mère, elle va se jeter dans le tourbillon d’une histoire que plus rien n’arrêtera…


Mon avis : 4/5

Lorsqu’on regarde ce film, on réalise qu’on revient de loin. Mêlant personnages fictifs mais réalistes et personnages historiques, « Les Suffragettes » nous raconte avec quelle détermination certaines femmes en Angleterre se sont battues pour leurs droits. Réclamant l’égalité avec les hommes, elles n’ont pas hésité à mettre leur vie et leur réputation en jeu lorsque cela était nécessaire. Traitées injustement de honte de la nation, sans elles nous serions toujours sous le joug des hommes (un père, un mari ou un frère). 1912, une femme est moins payée qu’un homme pour une durée de travail, elle, bien plus longue. Elle n’a aucun pouvoir sur son argent, ses enfants, bref sur sa vie !

affiches-sufragette

Maud Watts, jouée par Carey Mulligan, incarne cette vie désenchantée mais surtout le réveil. Mariée, mère de deux enfants, elle vivait jusque là sans trop se poser de question. Résignée à suivre le chemin de sa mère, celui d’une ouvrière qui se tue à la tache et dont la qualité de vie plus que douteuse a mené à une mort précoce. Mauds, comme toutes les autres femmes, remet docilement son salaire à son mari et ne fait rien que ce dernier ne voudrait pas. Mais un jour c’est le réveil et il fait mal ! Elle réalise que cette vie n’est pas celle qu’elle aimerait donner à sa future fille. Difficilement, elle décide de suivre les suffragettes dans leur combat. Mais de désillusion en désillusion, elle réalise que le chemin vers l’égalité et un véritable parcours du combattant que seules les plus déterminées pourront peut-être un jour finir.

tumblr_nwrzwtVp8x1uk3iapo1_500

Ce film a une mise en scène assez simple, il manque peut être un peu de pep’s mais l’histoire est tellement forte et poignante qu’elle se suffit à elle-même. À vrai dire, il aurait surement était inutile de trop en faire. La vie de ces femmes doit être montrée de façon brute, sans fioriture.

Alors pour ceux et celles qui pensent que se battre pour l’égalité ne sert à rien, que c’est une cause perdue d’avance face à certains poids lourds, regardez ce film ! Vous verrez que nous les femmes, nous devons tout à certaines qui n’ont pas hésité à se sacrifier pour les générations futures. Nos réclamations ne sont plus les mêmes que celles des personnages de ce film, du chemin a été fait, heureusement ! Mais il y a encore beaucoup à faire (égalité des salaires, parité dans les entreprises, sexisme etc). Il va de soit que je parle ici de la France, voir l’Europe, car malheureusement il est triste de constater que dans certains pays les femmes sont encore traitées comme dans ce film et parfois pire…

tumblr_inline_nzb3kizSdx1tobytj_500