0

Vox – Christina Dalcher

71X0OGry0nL

Présentation : Jean McClellan est docteure en neurosciences. Elle a passé sa vie dans un laboratoire de recherches, loin des mouvements protestataires qui ont enflammé son pays. Mais, désormais, même si elle le voulait, impossible de s’exprimer : comme toutes les femmes, elle est condamnée à un silence forcé, limitée à un quota de 100 mots par jour. En effet, le nouveau gouvernement en place, constitué d’un groupe fondamentaliste, a décidé d’abattre la figure de la femme moderne. Pourtant, quand le frère du Président fait une attaque, Jean est appelée à la rescousse. La récompense ? La possibilité de s’affranchir – et sa fille avec elle – de son quota de mots. Mais ce qu’elle va découvrir alors qu’elle recouvre la parole pourrait bien la laisser définitivement sans voix…


Mon avis : 3.5/5

Nombre de pages : 432
Éditeur : Editions Nil
Langue : Français
Prix : 22€

« Vox » est une dystopie forte et percutante dans la lignée de « La servante écarlate » de Margaret Atwood. Ici aussi les femmes sont les premières victimes d’une nouvelle politique américaine. Je dis bien « les premières » et non « les seules » car je ne pense pas qu’un mari dont la femme et la fille doivent vivre avec un compte mot, les rendant ainsi quasiment muettes, soit une position enviable. Qu’en est il aussi de voir ses enfants élevés dans un culte qui nous dépasse et nous dégoûte mais ne pouvoir rien faire.

« Vox » c’est donc l’histoire d’une population transformée en quelques années par une église des plus conservatrice fermement dirigée par un Pasteur sociopathe et mégalo. On revient alors à l’âge de pierre où le seul devoir de la femme et de s’occuper de son foyer mais surtout respecter son mari. Et si vous n’êtes pas mariée passé un certain âge, à vous les maisons closes afin de répondre aux besoins des hommes les plus puissants. Il est aussi important de ne pas enfreindre les lois sous peine d’être humilié publiquement, jeté en camps de travail ou encore tué (peut être la meilleure option).

J’ai adoré les aspects sociologique et politique de cette histoire. La façon dont les choses sont amenées est assez effrayante car elle fait écho à notre propre société. Malheureusement, rien de ce qui est raconté dans ce livre me semble irréalisable aujourd’hui.

Un bémol cependant pour la partie scientifique qui m’a un peu perdue et par conséquent ne m’a pas beaucoup intéressée. Leur plan m’a paru souvent confus, quant à la relation entre Jean et son confrère italien, pas sûre qu’elle était vraiment nécessaire à l’histoire.

En conclusion « Vox » est une histoire très intéressante mais qui se perd dans un labyrinthe scientifique. Dommage, ça aurait pu être un coup de cœur.

0

Felicidad – Jean Molla

couv10858704

Résumé : À Felicidad, le bonheur est un droit et un devoir. Pourtant le ministre du bonheur obligatoire est assassiné. Au même moment, les androïdes conçus pour servir les humains se révoltent. Alexis Dekcked est chargé de l’enquête.


Mon avis : 3,5/5

Nombre de pages : 320
Éditeur : Gallimard Jeunesse
Langue : Français
Prix : 6.10 €

Voici un livre que j’ai reçu dans le cadre d’un swap sur le thème de la dystopie via le site Livraddict. Bien entendu, celle qui me l’a offert s’est basée sur une liste, au combien longue, de romans que j’aimerais livre.

Les personnages sont vraiment bien traités, leurs psychologies et leurs rapports au monde dans lequel ils évoluent est très intéressant. Surtout qu’on a ici la chance d’avoir différents points de vues sur cette société soit disant parfaite : citoyens de Felicidad, parhumains, hommes politique, sans oublier ceux qui vivent en dehors de Felicidad, dans des sortes de ghettos.

Dekcked, le personnage principal, a ce petit coté sombre et énigmatique qui plait tant. Et ce qui est intéressant avec son statut d’enquêteur c’est qu’on se met facilement à sa place en apprenant la face cachée de la société en même temps que lui, mais aussi les différents éléments de l’enquête qu’il mène.

Une intrigue policière sur fond de futur qui se voudrait parfait mais qui ne l’est pas du tout. J’ai trouvé ça très intéressant de mêler deux thèmes (le futur chaotique et le suspense autours d’une enquête) sans que l’un soit délaissé au profit de l’autre. Les deux se rejoignent pour ne faire plus qu’un.

Malheureusement la fin est assez prévisible, du coup j’ai plus aimé le déroulement de l’intrigue que son dénouement. Car le déroulement de l’intrigue, en plus de mener aux coupables, amène une véritable remise en question sur la politique de Felicidad. Sans oublier que la dystopie a ça de bien, c’est qu’elle a beau traiter d’un futur chaotique et lointain, elle est parsemée de clins d’oeil à notre propre façon de vivre. Elle est une sorte de sonnette d’alarme.

0

0.4 – Mike Lancaster

75202229

Résumé : « Je m’appelle Kyle Straker et je n’existe plus. » Voilà comment commence l’histoire de Kyle Straker, enregistrée sur de vieilles cassettes audio. Vous pourriez penser que ces cassettes sont fausses. Mais peut-être qu’elles contiennent l’histoire d’un monde disparu… Si ces cassettes disent vrais, cela voudrait dire que tout ce que nous connaissons est un mensonge.  Et si tout est faux.. Alors, nous aussi ?


Mon avis : 4.5/5

Nombre de pages : 254
Éditeur : Fernand Nathan
Collection : Blast
Langue : Français
Prix : 14.50 €

Voila un livre dont le résumé a suffit à le placer au sommet de ma wish list. J’aime les quatrièmes de couverture mystérieuses qui nous donnent envie de nous plonger dans le roman afin de connaitre le fond de l’histoire ainsi que son dénouement. On pourrait le ranger du coté des dystopies à une chose près que contrairement à « Hunger Games », « Divergent » ou encore « Uglies » ce livre nous raconte la base d’une certaine révolution qui finalement n’est serait peut-être pas vraiment une…

Cette intrigue pleine de rebondissements et au dénouement à la fois surprenant et très intéressant mérite que je laisse planer le mystère. Je vous dirai juste que notre héros et narrateur Kyle Straker s’est retrouvé coincé au milieu d’une révolution avec trois autres habitants de Millgrove. Kyle est un adolescent qui passait ses journées à trainer avec sa bande d’amis, à se disputer avec son petit frère et à prendre sur lui depuis le retour de son père à la maison après un an d’absence. Bref, une vie relativement normale jusqu’au jour où tout a basculé.

Chaque année la ville dans laquelle il habite organise un concours de jeunes talents. Un journée qui voit défiler ventriloque du dimanche, chanteurs de karaoké et autres artistes précaires. Dans le lot se trouve un des meilleurs amis de Kyle, qui tente de percer dans la magie. Cette année il a l’idée qui le fera gagner : l’hypnose. Personne ne le croit mais tout le monde le supporte, c’est ça l’amitié ! Et c’est aussi ça qui a poussé Kyle et Lilly à monter sur scène afin de jouer les cobayes. Rejoints par deux autres habitants de la ville, Mr Peterson et Mme O’Donnel, ils vont vivre une expérience qu’ils n’oublieront jamais. Très vite emportés dans cette séance d’hypnose, comme plongés dans un coma, ils ne tardent pas à se réveiller. Seulement, une fois les yeux ouverts, tout a changé. Le public, les habitants restés chez eux, tout le monde est paralysé, tels des statues de cire. Mais les habitants finissent par se réveiller et commencent à se comporter différemment.

Kyle, Lilly, Mr Peterson et Mme O’Donnel sentant leurs vies menacées vont alors fuir Millgrove et tout faire pour comprendre ce qui est arrivé aux habitants de leur ville et si ce phénomène est national, voire mondial…

En conclusion « 0.4 » est une histoire captivante, étonnante et très bien menée. Quant à son système de narration fait à base de cassettes audio retranscrites à l’écrit, cela fonctionne très bien.

0

Swap : Les Dystopie

75179821_p

Ce matin j’ai eu le plaisir, je dirai même plus : l’émerveillement de recevoir le colis de Cln pour Le Swap Dystopie 2012. Un paquet plein de belles choses qui m’a rendue légèrement euphorique !

Un paquet qui ne manque pas de scotch !

Un paquet qui ne manque pas de scotch !

75179892

J’ai adoré les petits mots sur chaque paquet, et j’ai encore plus aimé ce que contenaient ces fameux paquets ! J’ai eu droit à deux livres dystopiques issus de ma wish list : Starters, Tome 1 de Lissa Price – Felicidad, de Jean Molla. Et parce-que Cln ne fait pas les choses à moitié, elle a glissé un troisième livre tout spécialement pour mon anniversaire : La septième vague, de Daniel Glattauer.

75179973 7517993275180065 75180071

Bien sûr ce swap ne s’arrêtait pas aux livres. Il comprenait de nombreuses surprises comme des programmes littéraires afin de piocher de nouvelles idées pour ma wish list ! En cosméto-aholic j’ai été ravie de découvrir des soins de « The Body Shop », je prendrai d’ailleurs sur moi pour ne pas manger le baume au chocolat qui a une odeur vraiment bluffante ! J’ai aussi eu la surprise de déballer une petite plante verte. En rentrant ce soir je l’ai retrouvé un peu fatiguée mais cinq minutes après l’avoir arrosée elle était de nouveau comme neuve. Une vraie wineuse ! Du coup je pense fortement à l’appeler Katniss. Ajoutons à ça de succulentes gourmandises : caramels au beurre salé, sucette au chocolat, mini muffins et mélanges de thés.

75179897

Bref, un super swap avec une super binôme. J’ai été bien gâtée, et je prends de plus en plus goût à ce concept. Je pense d’ailleurs à une prochaine inscription, il faut dire que sur Livraddict les swaps ne manquent pas ! Et parce-que sans elle tout cela n’aurait pas été possible, un grand merci à Kirkou3000 qui a lancé l’idée du Swap Dystopie ! Enfin, pour voir ce que j’ai envoyé à Cln c’est ICI.

0

BirthMarked, Tome 1, rebelle – Caragh M. O’Brien

72260717

Résumé : Dans le monde de Gaia, il y a les privilégiés, qui habitent derrière le mur de l’Enclave, et ceux, comme elle, qui vivent à l’extérieur. Tous les mois, la jeune fille aide sa mère, sage-femme, à donner à l’Enclave trois nouveau-nés. Mais, un soir, les parents de Gaia sont brutalement arrêtés et conduits derrière le mur. A peine ont-ils le temps de lui confier un mystérieux ruban sur lequel est brodé un étrange code…


Mon avis : 4/5

Nombre de pages : 368
Éditeur : Simon & Schuster Children’s
Langue : Anglais
Prix : 8.62 €

Acheté chez WHSmith afin de m’initier à la lecture en vo, ce livre trainait dans ma P.A.L depuis des mois. La crainte de ne pas pouvoir lire un roman entier en anglais, et donc de ne pas suivre l’histoire correctement j’imagine. Une peur vite envolée car finalement ce fut une lecture facile et surprenante.

Une fois passés les premiers chapitres, tout roule. L’écriture est fluide et abordable. Le rythme est maintenu de façon à ce qu’on ne s’ennuie jamais. Gaia, le personnage principal, comme dans toute bonne dystopie, est une jeune fille confrontée à des choix : continuer à vivre comme on lui a appris ou se rebeller ?!

À 16 ans elle va donc être face à des choses qui la dépasse. C’est toute seule qu’elle décide d’affronter les plus grands. Celle qui a passé ses dernières années à aider sa mère dans sa profession de sage femme va alors se transformer en une sorte de modèle de liberté. Mais à l’inverse de Katniss (Hunger Games) ou Tris (Divergent) elle garde une grande part de douceur et de fragilité. Ici, pas de transformation radicale qui font passer une jeune femme à celui de guerrière. De ce fait elle est un personnage plus accessible, dans lequel on se projette plus facilement.

Même si j’adore Tris et Katniss, je sais que je ne leur arriverai jamais à la cheville et qu’elles sont des exceptions. À l’inverse, Gaia est une jeune femme comme il y en a beaucoup. La vie et ses événements la change, sans pour autant la transformer radicalement. Mais cela ne l’empêche pas d’être une véritable héroïne à sa façon.

Enfin, je félicite l’auteur d’avoir pris le risque de toucher à des thèmes sensibles tels que la perte d’un parent, la peine de mort, la folie… Le fait de ne pas censurer certains drames qui sont le lot de tous, surtout dans une dictature, rend l’histoire encore plus dramatiquement belle, profonde mais surtout plus crédible. En conclusion, un premier tome prometteur qui donne envie de connaitre la suite !

0

Divergent, Tome 1 – Veronica Roth

71908537

Résumé : Dans un monde post-apocalyptique, la société est divisée en 5 factions. À 16 ans, Béatrice issue de la faction des Altruistes doit choisir sa nouvelle appartenance, pour la vie ! Cas rarissime, ses tests d’évaluation lui donnent le choix : elle est divergente… Elle doit cacher ce secret, susceptible de la mettre en danger de mort…


Mon avis : 6/5

Nombre de pages : 444
Éditeur : Fernand Nathan
Collection : Blast
Langue : Français
Prix : 16.50 €

Ahhhhhh, qu’il est bon de retrouver une dystopie qui prend aux tripes. Car malgré l’abondance de romans jeunesse ayant pour thème un futur chaotique, peu sont ceux qui m’ont vraiment chamboulée. Tout a commencé avec « Hunger Games », une véritable claque, qui, une fois le dernier tome terminé m’a laissée orpheline. Bien sur, avant ça il y avait eu « Les âme vagabondes » de Stephenie Meyer que j’ai aussi adoré. Mais c’était moins dans l’action, donc je ne le comparerai pas aux dystopies jeunesses du moment. Par la suite j’ai lu d’autres titres : Uglies, Chronique de la fin du monde, Birth Marked… Mais sans jamais retrouver le piquant qu’on avait dans « Hunger Games ». Et puis « Divergent » est arrivé !

Me voila enfin replongée dans une véritable aventure menée par Tris, une jeune fille de 16 ans au caractère bien trempé. Dans son monde, il est du devoir de chacun de choisir une faction l’année de ses 16 ans. Et celle qui a vécu tout sa jeunesse avec les Altruistes se demande si elle ne serait pas plus heureuse ailleurs, quitte à couper les ponts avec les siens… Mais où aller ? Chez les sincères, les érudits, les audacieux, les fraternels ???

Malheureusement pour elle (ou heureusement…), son test d’aptitude censé révéler la faction qui semble faite pour elle annonce qu’elle est une divergente : elle ne correspond à aucun profil, elle est une sorte de « mélange » de plusieurs factions. Et quel que soit son choix final, une chose est sûre : elle devra cacher son statut de divergent, sans quoi elle risquerait la mort. Mais pourquoi ?

Tris arrive donc dans sa nouvelle faction avec deux buts : réussir sa période d’initiation pour ne pas finir sans-faction, et cacher sa divergence.

Le rythme de ce roman et tel qu’on ne peut le lâcher. Les actions sont fortes, et certains passages sont d’une violence redoutable sans pour autant être gratuite. C’est d’ailleurs un des aspects qui donne une certaine maturité à ce livre. Ici, pas de damoiselle en détresse. Les filles comme les garçons sont maitresses de leur vie et doivent s’accrocher coute que coute pour réussir. Pas de cadeau !

Certaines scènes sont tellement bien écrites qu’on les ressent physiquement. Si comme moi vous n’êtes pas une grande amatrice de hauteur et redoutez l’enfermement, sachez que les émotions fortes seront au rendez-vous ! Ce livre ne se lit pas, il se vit. On accompagne Tris dans son initiation. Cette fille forte et intelligente que tout le monde rêverait d’être. Bien sur, elle sait redevenir douce et aimante quand il le faut, mais sans jamais tomber dans la mièvrerie.

En définitive, « Divergent » est un roman qui prend aux tripes et qui une fois refermé continue de vous hanter. Reste plus qu’à attendre la sortie du deuxième tome prévue pour la fin de l’année. Mais je remercie Veronica Roth qui a su créer une fin qui tout en nous donnant envie de découvrir la suite, ne nous frustre pas au point de ronger notre frein durant des mois.

0

Uglies, Tome 2, Pretties – Scott Westerfeld

68955634

Résumé : Tally est enfin devenue une sublime Pretty. Elle a de grands yeux pailletés, un visage et un corps parfaits ; tout le monde l’apprécie, et son petit copain est craquant. Ses rêves les plus fous sont devenus réalités. Mais au coeur de cette vie de fête, de luxe high-tech et de liberté, perce un sentiment de malaise : quelque chose ne va pas, quelque chose d’important. Un jour, Tally reçoit un message, écrit de sa propre main lorsqu’elle était Ugly… A mesure qu’elle le lit, les souvenirs reviennent : sous la beauté parfaite et le bonheur absolu des Pretties se cache une effroyable vérité. Désormais pour Tally un choix cruel s’impose : oublier à tout prix cette vérité ou fuir la cité pour sauver sa peau.


Mon Avis : 3/5

Nombre de pages : 385
Éditeur : Pocket Jeunesse
Collection : Pocket Jeunesse
Langue : Français
Prix : 13.70 €

Un deuxième tome très ressemblant au premier question ressenti. Certains passages sont captivants et font qu’on ne lâche plus le livre, et d’autres ennuyeux au point de laisser ce même livre une semaine dans un coin…

L’intrigue n’a pas changé. On est toujours dans le même monde « parfait » (les méchants, quoi que…) avec les mêmes rebelles (les gentils) cachés hors des frontières de « Pretty Town ». Tally a eu son opération, donc son lavage de cerveau. Mais comme elle est l’héroïne, elle se doit de ne pas réagir comme tout le monde à cette opération. Dans ce tome elle pourra compter sur Zane, lui aussi un pretty. Il est même « LE » pretty que toutes les filles veulent. Ténébreux, mystérieux, quasi inaccessible, sauf pour Tally… Comme c’est étrange !

À deux, ils tenteront de percer les mystères de ce monde de perfection dans le but de « réveiller » leurs camarades. Mais ils chercheront avant tout à quitter ce lieu et rejoindre la nouvelle fumée, le territoire des rebelles. Un clan dirigé entre autre par David, le béguin de Tally dans le premier tome. Oh, un énième triangle amoureux en vue…

Vous l’aurez compris, je suis assez mitigée quant à ce roman. En fait, je trouve l’histoire de base vraiment très bien. Certains passages nous feraient presque dire que l’opération pas si néfaste, ou du moins mieux qu’un monde de guerre. Une saga qui donne donc à réfléchir. Le hic c’est qu’elle se retrouve souvent ternie par des passages trop long qui cassent le rythme. Mais cela ne m’empêchera surement pas de lire le troisième tome, la curiosité l’emportant presque toujours sur la déception.


Pour les fans de la saga « Pretties » ou tout simplement pour les curieux, sachez que le roman graphique du premier tome sortira en librairie courant 2012. En attendant, voici un extrait où l’on découvre Tally et sa fameuse planche magnétique 

69408365

0

Chronique de la fin du monde, Tome 1, Au commencement – Susan Beth Pfeffer

64956732

Résumé : Enfin, c’est le grand soir : l’astéroïde dont tout le monde parle va percuter la Lune ! Familles, voisins, amis, tous se rassemblent pour observer le phénomène. Mais les choses ne se passent pas comme prévu. L’impact a été si violent que la lune a dévié de son orbite et s’est rapprochée de la terre. Peu à peu tout se dérègle… L’électricité puis l’eau sont coupées et les vivres commencent à manquer. Miranda et sa famille vont devoir accepter que la vie telle qu’ils la connaissaient a disparu à jamais.


Mon avis : 3,5/5

Nombre de pages : 390
Éditeur : Pocket Jeunesse
Langue : Français
Prix : 17.75 €

Ce livre fait parti de la nouvelle vague littéraire : La Dystopie. Un style que j’apprécie beaucoup, surement le moyen de relativiser sur mes petits malheurs, qui au fond n’en sont pas. Au début j’ai eu du mal avec l’héroïne et narratrice. Miranda a 16 ans, c’est une lycéenne tout ce qu’il y a de plus banal lorsque le drame arrive. Comme beaucoup d’adolescentes, elle a tendance à ne pas trop réfléchir, ou du moins à ne pas regarder sur la durée. Et c’est ça qui m’a gêné. Certains de ses propos montrent un manque évident de maturité. Et étrangement, ce point que je n’ai pas aimé au début et aussi celui a été l’élément agréable du livre. Vous allez penser que je ne sais pas ce que je veux.

Miranda est une jeune fille normale, et donc elle n’a pas l’âme d’une héroïne. Comme beaucoup de filles j’imagine. Moi la première je serais bien embêtée en période de guerre ou de grave catastrophe. Je ne m’appelle pas Katniss Everdeen. La chasse et la survie c’est pas mon truc. Je chasse dans les supermarché moi ! Du coup on ne peux qu’être proche de Miranda une fois mis de coté ses sautes d’humeurs propre à beaucoup d’ados. Mais elle va murir très vite, bien obligée si elle veut vivre, ou plutôt survivre. Avec ses deux frères et sa mère c’est la famille avant tout. On se rationne, on se prépare au pire qui ne semble n’avoir aucune limite. Tremblements de terre, volcans en éruption qui empêchent au soleil de faire son boulot, froid polaire, épidémies…

Un livre qui donne froid et faim, mais qui fait du bien. Comme je l’ai dit, il est une façon de relativiser, mais aussi de mettre en avant l’effet de surprise. Beaucoup de gens parlent de la fin du monde pour décembre 2012 (personnellement je n’y crois pas). Je suis plutôt d’avis que comme dans ce livre, le jour où Dame nature en aura marre, on ne sera pas mis au courant. Les gens se retrouveront devant le fait accomplis et survivrons, s’ils le peuvent…

Le tome 2 sortira au mois de septembre. À la fin du roman on nous propose le premier chapitre de ce dernier. Il reprend le début des évènements mais dans une autre famille à New-York. J’espère que tout le deuxième tome ne sera pas un recommencement de ce drame, car je veux savoir la suite des aventures de Miranda.

0

Uglies, Tome 1 – Scott Westerfeld

53863866

Résumé : Tally aura bientôt 16 ans. Comme toutes les filles de son âge, elle s’apprête à subir l’opération chirurgicale de passage pour quitter le monde des Uglies et intégrer la caste des Pretties. Dans ce futur paradis promis par les Autorités, Tally n’aura plus qu’une préoccupation, s’amuser… Mais la veille de son anniversaire, Tally se fait une nouvelle amie qui l’entraîne dans le monde des rebelles. Là-bas, elle découvre que la beauté parfaite et le bonheur absolu cachent plus qu’un secret d’État : une manipulation. Que va-t-elle choisir? Devenir rebelle et rester laide à vie, ou succomber à la perfection?


Mon avis : 3,5/5

Nombre de pages : 432
Éditeur : Pocket Jeunesse
Langue : Français
Prix : 13.70 €

J’ai été attirée tout de suite attirée par ce livre dont le thème est la dystopie. L’idée est vraiment bien. Cette histoire d’un futur où nous, simples humains, n’avons plus notre place, sauf si nous voulons être des rebelles vivant dans la forêt, est bien trouvée.

Seulement j’ai trouvé le récit un peu lent par moment. Surtout au début. Tout ce qui se passe avant l’évasion m’a un peu ennuyé. Heureusement, l’après évasion rehausse le niveau.

« Uglies » est une histoire qui nous remet en question. Car même si ça se passe dans le futur, ça nous montre une facette de la société actuelle qui ne pense qu’à l’apparence, au point d’en oublier le plus important : la beauté intérieure (nous pouvons être magnifique physiquement mais être aussi intéressant qu’un bulot cuit). Dans ce récit il n’y a plus de place pour la différence. Cela même qui fait la richesse de notre monde.

J’ai beaucoup aimé le personnage principal, Tally. Elle évolue considérablement tout le long de ce premier tome. Elle réalise que le monde dans lequel elle vit n’a rien de « parfait », que tout n’est qu’illusion et manipulation, et que les « Rouillés » (les humains qui peuplaient la terre il y a plusieurs centaines d’années, c’est à dire nous) n’avaient pas que des défauts.

Je n’ai pas encore lu le tome deux « Pretties », mais quelque chose me dit qu’il sera encore plus riche en rebondissements. Ce premier tome est une sorte d’entrée en matière avant le grand saut. Pour info cette saga contient 5 livres en tout (Uglies – Pretties – Specials – Extras – Secrets).