0

Pride and Prejudice and Zombies

affich_33590_1

Présentation : En plus de sa recherche du grand amour et d’indépendance, la belle Elizabeth Bennet doit composer avec une invasion de zombies.


Mon avis : 3,5/5

J’aime beaucoup « Orgueil et Préjugés » de Jane Austen, j’ai vu plusieurs adaptations du roman et même si je suis fan de « The Walking Dead » je dois avouer que l’idée de Mr Darcy et Elizabeth combattant les zombies ne m’attirait pas beaucoup. Je n’ai pas lu le roman « Orgueil et Préjugés et Zombies » de Seth Grahame-Smith, et les critiques assez moyennes ne m’ont jamais donné envie de franchir le pas mais lorsque le film est sorti (et au vu du casting) je me suis dis qu’il serait intéressant d’y jeter un coup d’oeil.

Je dois avouer que j’ai été agréablement surprise. Le rythme et la réalisation m’ont plu. On a vraiment de très belles images. Quand aux acteurs, j’ai eu un coup de coeur pour Matt Smith en Mr Collins. Il est vraiment très drôle dans ce rôle !

1 2
3 4

Par contre je ne suis pas une grande fan de Lily James à la base, alors autant dire qu’elle ne m’a pas subjugué en Elizabeth Bennett. Elle n’est pas mauvaise mais il lui manque un petit quelque chose ou alors c’est son jeu qui fait que son personnage me laisse un peu de marbre.., À l’inverse je ne donnais pas cher de Sam Riley en Mr Darcy mais finalement sa version DD (dark-darcy) m’a séduite.

L’histoire est la même que celle de Jane Austen, a ceci près que l’Angleterre est envahit depuis des années par les zombies et que chacun tente de s’en sortir comme il peut. Les répliques les plus connues sont astucieusement placées.

Voila comment refuser une demande en mariage

Les zombies ne sont pas là uniquement pour rajouter du piquant. Au contraire, leur histoire est travaillée et intéressante. Elle s’imbrique dans la vie et le parcours des personnages. Et puis ces zombies là ne sont pas dénués d’intelligence, ce qui rajoute une note d’empathie. Tuer un être qui parle et réfléchi c’est tout de même autre chose que de tuer un mort vivant en mode automatique, mangeur de cervelles ou pas.

Certaines libertés sont prises avec l’intrigue originale, c’était obligé, mais elle ne font que renforcer les caractères des principaux personnages. Mr Darcy est beaucoup plus sombre, Mr Wickam plus diabolique et Mr Bingley souffreteux.

Enfin, j’ai aimé le placement de la scène du lac. Elle n’existe pas dans le roman de Jane Austen mais l’adaptation de 1995 avec Colin Firth l’avait rajouté et depuis elle est devenue CULTE !

tumblr_o4rz11umQI1ub7ayfo2_500tumblr_o4rz11umQI1ub7ayfo3_500

« Pride & Prejudice & Zombies » a donc vraiment été une bonne surprise. C’est l’avantage des films dont on attend rien, on finit souvent charmé. À l’inverse, combien de films ai-je attendu comme le messie pour me dire après visionnage qu’ils n’étaient vraiment pas terribles.

0

Death comes to Pemberley

death-comes-to-pemberley.14319

Présentation : Six ans après le mariage d’Elizabeth et Mr. Darcy, par un soir de veille de grand bal dans leur résidence de Pemberley l’impensable se produit : un crime a lieu, polluant les ombres de la vénérable demeure. Tout semble accuser Mr. Wickham mais est-il vraiment capable du pire ?


Mon avis : 4/5

Je n’ai pas lu le roman par conséquent je n’ai pas été à même de juger la qualité de l’adaptation, cependant cela ne m’a pas empêchée de beaucoup apprécier cette mini-série.

L’action de « Death comes to Pemberley » se situe six ans après le mariage d’Elizabeth et Darcy. Tout deux sont les heureux parents d’un adorable petit garçon et les tuteurs de Georgiana qui est devenue une jeune femme belle et intelligente. Je n’ai pas beaucoup retrouvé les ambiances propres aux histoires de Jane Austen. Certes, il y a de la romance et des personnages cocasses mais rien à voir avec les intrigues amoureuses et l’ironie de Jane Austen. Ici on est dans le mystère et on mène l’enquête, un point c’est tout ! On a le droit d’être ému face à une Elizabeth qui doute de la ténacité des sentiments de son mari ou face à Georgiana tiraillée entre deux hommes mais là n’est pas l’essentiel. Le plus important reste le meurtre qui s’est déroulé dans les bois de Pemberley et qui semble mener Wickham droit vers l’échafaud.

Je pense que P.D. James a choisi de placer son histoire après « Orgueil et Préjugés » pour qu’on sache parfaitement d’ou l’on partait. Ainsi il n’est nul besoin de situer les personnages, leur passé et leurs connections. Et une fois qu’on a accepté le fait qu’on n’est pas là pour voir « évoluer » nos héros préférés mais plutôt les voir résoudre une énigme on apprécie pleinement l’intrigue.

Elizabeth et son fils.

Elizabeth et son fils.

Au début j’avais un peu de mal avec Anna Maxwell Martin, l’actrice qui incarne Elizabeth. Physiquement parlant je ne la trouvais pas à la hauteur du personnage mais elle a vite trouvé grâce à mes yeux. Son jeu tout en délicatesse mais aussi en franc parlé lorsqu’il le faut a su me séduire. Pour ce qui est de Darcy, je n’ai pas pu m’empêcher de le trouver parfois agaçant voir acariâtre. Mais on parle de Mister Darcy. Cela fait 200 ans que les femmes rêvent de rencontrer un homme tel que lui. Alors il suffit d’une scène où il fait amende honorable et on oublie son irritabilité sur le champ !

tumblr_mzjoc43s2w1qg4gkko10_250 tumblr_mzjoc43s2w1qg4gkko8_250

Autre personnage au combien intéressant : Lydia Wickam. Jouée par Jenna Louise Coleman, elle est telle qu’on l’a connu dans « Orgueil et Préjugés » si ce n’est pire. Mais bizarrement on ne lui en veut pas. On devine sans trop de mal la carapace qui recouvre une vie faite de compromis. Et au final ça fait d’elle LE personnage drôle de cette série !

tumblr_mygdm0AoyY1qgsxdqo2_250 tumblr_mygdm0AoyY1qgsxdqo1_250

Le couple qu’elle forme avec Wickham n’est ni blanc ni noir et d’ailleurs c’est une des choses que j’ai aimé dans cette série. On est parfois touché par Lydia & Wickham et on assiste aux disputes de Darcy & Elizabeth. Rien n’est parfait et cela rend les personnages plus humains et donc plus attachants.

Pour ce qui est de l’intrigue, l’air de rien durant les trois épisodes j’ai envisagé pas mal de scénarios et c’est en règle générale bon signe. J’ai trouvé l’histoire bien ficelée et convaincante. Que demander de plus ?! Certains seront sans doute frustrés de ne pas avoir plus de scènes façon « Orgueil & Préjugés ». Comme je l’ai dit, il faut commencer cette série/roman en acceptant que ce sera 70% d’enquête et 30% de vie privée des personnages.

Je finirai quand même sur une note romantique. C’est à travers Georgiana que l’on retrouve les tourments amoureux vécus par la plupart des héroïnes de Jane Austen. Tiraillée entre sa raison et son coeur, l’une voudrait qu’elle accepte la demande en mariage du Colonel Fitzwilliam et l’autre qu’elle se jète dans les bras du charmant Henry Alveston. Personnellement, ce dernier étant joué par James Norton mon camps a été vite choisi.

death-comes-to-pemberley-james-norton-2048681190

La demande en mariage en tenue légèrement négligée ça fait toujours son petit effet !

0

Orgueil et Préjugés : une leçon d’amour

1

Tout le monde connait l’histoire. Elizabeth Bennet est une jeune femme intelligente, indépendante et la cadette d’une famille modeste de cinq filles. Seulement voila, affublée d’une mère obsédée à l’idée de marier confortablement sa progéniture, Elizabeth en viendrait presque à faire un rejet du mariage.

Lors d’un bal, elle rencontre le séduisant (et richissime) Mr Darcy mais celui-ci se montre si hautain et méprisant qu’Elizabeth le prend aussitôt en grippe…

Il y a quelques mois, en discutant avec un membre de ma famille à propos d’un autre membre de ma famille (je vais taire les noms, sait-on jamais), j’ai dit : « Elle devrait livre Orgueil et Préjugés, ça lui ferait une merveilleuse éducation sentimentale ». Je suis persuadée que ce livre détient la clé d’une belle relation amoureuse. Plus qu’une histoire d’amour, il est une sorte de code de conduite. À travers les personnages on apprend ce qu’il faut et ce qu’il ne faut pas faire en amour afin que les choses se passent au mieux.

LEÇON N°1 : APPRENDRE À CONNAITRE LES GENS

tumblr_o22zsho1iY1tj0j4ko1_250 tumblr_o22zsho1iY1tj0j4ko2_250

Elizabeth – Darcy : Entres eux deux les choses ont mal commencé. Darcy a négligé Lizzy, la trouvant quelconque et Lizzy lui a renvoyé la balle, blessée par ses propos. Et puis, le temps passant, les préjugés ont laissé place à des discutions. Ils se sont découverts plus de points communs qu’ils ne le pensaient et une admiration mutuelle.

Elizabeth – Wickham : Dès le départ, Wickham a tout du gars bien. Soldat, il n’est pas riche mais c’est un gentleman. Du moins en apparence. Au final, on réalise qu’il est un joueur, un manipulateur et un menteur. Un vrai tiercé gagnant !

LEÇON N°2 : NE PAS ÊTRE PRESSÉ

Lydia : À seulement 16 ans, la jeune fille a déjà fait son entrée dans le monde. Elle est de tous les bals et de toutes les danses. Autrement dit : elle brule la chandelle par les deux bouts. À tel point qu’elle oublie parfois de réfléchir… Wickham n’aura donc pas de mal a abusé d’elle (au sens propre, comme au figuré). Elle s’imagine alors qu’ils vont se marier et vivre heureux. Pour le mariage, ils y ont droit mais non sans l’aide (financière) de Mr Darcy, près à tout pour soulager Lizzy du fardot d’une soeur « salie ». Quand à l’amour, quelque chose me dit que ce n’est pas gagné… Peu de mariages « forcés » finissent dans l’amour.

LEÇON N°3 : NE PAS ÉCOUTER SES PARENTS EN MATIÈRE D’AMOUR

Elizabeth – Collin : Si Lizzy avait écouté ses parents et surtout sa mère, elle serait mariée à Mr Collin, son cousin, afin de récupérer les biens de la famille une fois Mr Bennet mort.

Elizabeth – Darcy : Pour ce qui est de Darcy, tout le monde s’était arrêté à l’idée qu’il était un être froid, plein d’orgueil et qu’il serait incapable de se faire aimer de Lizzy et vice versa. Loupé !

Darcy – Tante, Catherine de Bourg : Les parents de Darcy et sa tante avaient prévu de le marier à sa cousine, une jeune fille riche mais relativement ingrate et peu dynamique. Un mariage n’ayant pour but qu’une belle alliance de patrimoine.

LEÇON N°4 : NE JAMAIS DIRE JAMAIS

tumblr_mj3q28qP591s71hrqo1_500

Elizabeth – Darcy : Ces deux là n’auraient jamais pensé finir ensemble et pourtant ils représentent LE couple parfait par excellence.

Jane – Bingley : Alors qu’elle croyait ne jamais revoir Charles Bingley, le voilà de retour pour lui demander sa main, lui avouant n’avoir toujours aimé qu’elle.

Lydia – Wickham : Alors que tout le monde pensait la jeune fille perdue et par la même la famille Bennett tout entière, cette dernière finit par se marier avec Wickham et évite aux siens la honte d’avoir « une fille de mauvaise réputation » dans la famille.

0

Le journal de Bridget Jones – Helen Fielding

71514635

Résumé : Célibataire londonienne de 30 ans, Bridget Jones décide de tenir un journal intime et de prendre des bonnes résolutions : arrêter de fumer, perdre du poids et surtout trouver enfin un petit ami correct. Daniel Cleaver le coureur de jupons ? Ou Mark Darcy le psycho-rigide ?


Mon avis : 5/5

Nombre de pages : 342
Éditeur : J’ai lu
Collection : Roman
Langue : Français
Prix : 6.90 €

Bridget Jones et moi c’est une longue histoire. Bien avant que le film sorte, j’avais eu droit aux louanges de ma mère et ma tante sur le livre. Mais en ce début d’année je me suis décidée à lire ce livre vendu à des millions d’exemplaires, et considéré comme un classique voire la base de la chick-lit. Il ne m’aura fallu qu’une journée pour en venir à bout. Il faut dire qu’une fois entamé il est délicat de s’arrêter. Comme avec une boite de chocolats : « Bon j’arrête un peu, j’ai des choses à faire… Ohhh encore quelques pages !!! ». Vous l’aurez compris, j’ai adoré !

Ce qui aurait pu être ennuyeux, étant donné que je connais le film par cœur, a été vécu comme une redécouverte. L’adaptation cinéma est excellente, mais comme souvent elle simplifie l’histoire, ou du moins met de coté des tas de passages croustillants. Le style « journal intime » nous rapproche de l’héroïne et de son entourage. Un entourage beaucoup plus mis en avant que dans le film. Un Daniel Clever encore plus goujat et un Mark Darcy encore plus attirant. Oui, c’est possible !

« Le journal de Bridget Jones » est un livre à lire. Les filles s’y retrouveront et les garçons nous découvriront dans nos bons et mauvais cotés. Quant aux fans de Jane Austen, ils apprécieront ce « remake » très moderne de « Orgueil et Préjugés ». Un régal !!!

1

Orgueil & Préjugés (1940)

MovieCovers-105446-105446-ORGUEIL ET PREJUGES (1940)

Résumé : Elizabeth Bennet est la cadette d’une famille de cinq soeurs dont l’unique souci de la mère est de les marier. Au cours d’un bal elle fait la rencontre du riche et élégant Mr Darcy dont la froideur la persuade de son trop grand orgueil…


Mon avis : 2/5

J’ai un peu fait les choses à l’envers dans mon visionnage des adaptations du célèbre roman de Jane Austen. Le plus vieux a donc été le dernier. J’étais assez pressée de découvrir Laurence Oliver incarner Mister Darcy. Pour moi un acteur pareil que lui ne pouvait pas faire de faux pas.

Et bien j’avais tord ! Cela dit ce n’est pas l’acteur, ou un autre, qui est en remettre en question, mais plutôt le scénariste. Quelle déception de voir que tant de libertés avaient été prises avec l’histoire, et ce au point de devenir complètement incohérent avec l’oeuvre originale.

Mais de qui se moque t'on ?

Mais de qui se moque t’on ?

 Le film débute avec une information qui aurait du être supprimée aux vues des décors et costumes : « Cela se passe dans la vieille Angleterre… dans le village de Meryton ». Bien sûr, en Angleterre à l’époque Georgienne on s’habillait comme aux Etats-Unis aux alentours de la guerre de Sécession. C’est tout à fait crédible ! En fait il faut savoir que le film a réutiliser les costumes de « Autant en emporte le vent » pour des raisons économiques, guerre oblige. Je n’ai rien contre ce genre de liberté, mais dans ce cas il faut jouer la carte Sécession à fond et ne pas juste se dire « C’est bon, ils ne verrons pas la différence ». Pourquoi ne pas avoir placer l’histoire à cette époque. Car même si le roman de Jane Austen gagne beaucoup à se dérouler dans une Angleterre en pleine régence, je pense que le plus important est les interactions entres les personnages.

painting,regency,fashion-ae56760f0492f8dcf798b32d43dade8f_h tumblr_mr694wcfQb1qm2e3qo1_500

Cela dit, ce problème d’époque et de costumes et décors clinquants font qu’on ne saisit pas tout de suite le fossé entre la famille Bennet et Mr Darcy. Sans parler qu’ici vous ne verrez pas Lizzie allait se ressourcer dans la nature. Non, quasiment tout se passe à l’intérieur dans ce film.

À ce stade on espère que le scénario, lui, ne sera pas décevant, malgré les incohérences temporelles. Et bien là aussi rien n’est respecté ! « Orgueil et Préjugés », un roman relatant la relation glaciale puis amoureuse d’Elizabeth Bennet et Mr Darcy doit être dans la finesse, la subtilité. Les choses doivent être presque suggérées. Ici Mr Darcy est un grand passionné expansif, bien loin du héros masculin tiraillé entre son coeur et sa raison. Si pour Jane Austen un regard ou un mot suffisent à exprimer tout l’amour qu’il éprouve pour Lizzie il n’est pas de même pour Robert Z. Leonard (réalisateur du film). Lui a préféré que les choses soient claires, dès fois que le public soit un peu niai.

Oh bein oui, s'embrasser avec fougue à l'époque devant le tout devant, c'est très crédible.

S’embrasser avec fougue à l’époque devant le tout devant, c’est normal…

Le comble reste quand même le passage où Lady Catherine de Bourgh, qui dans l’histoire de Jane Austen ne veut qu’une chose qui est de marier sa fille à Mister Darcy comme cela l’a été programmé depuis leur naissance n’est pas du tout respectée, donne ici sa bénédiction à Lizzie. Heureusement cela se passe à la fin du film, sans quoi je crois que d’agacement j’aurais arrêté le film en plein milieu.

 Vous l’aurez compris, je n’ai pas aimé ce film. Je pense que le seul moyen pour l’apprécier et de ne pas connaitre le roman de Jane Austen. Et qu’encore, j’ai des doutes…

0

Orgueil & Préjugés (1995)

orgueiletprejuges1995

Résumé : Elizabeth Bennet, jeune fille intelligente et indépendante, est la cadette de cinq filles d’une famille modeste. Elle est hélas affublée d’une mère sotte, obsédée par l’envie de marier confortablement sa progéniture. Lors d’un bal, Elizabeth rencontre le séduisant Mr Darcy, mais celui-ci se montre si hautain et méprisant qu’Elizabeth le prend aussitôt en grippe…


Mon avis : 5/5

Après avoir lu « Orgueil et Préjugés » j’en ai voulu plus. Je voulais tout savoir, tout voir. Et quand j’ai découvert qu’une adaptation avec Colin Firth avait été faite par la BBC mon coeur a fait BOOM et ma carte bleue a fait CASH ! Cinq heures de romance austenienne, comment dire non ? Cinq heures qui font de cette adaptation surement la meilleure qui puisse exister. Tout comme je l’avais fait la version de 2005, je vais faire la liste des bons et moins bons aspects de ce film (cela dit ces derniers sont rares).

Ce que j’ai aimé dans ce film

tumblr_n13k8lAQ7h1qijnxzo6_250 Sans-titre---2

Darcy et Elizabeth : Ils sont exactement comme je les imaginais. Pour Darcy, je manque d’objectivité étant donné que c’est Colin Firth, l’homme de ma vie, qui joue son rôle. Quant à Elizabeth, elle est belle, pulpeuse et pétillante. J’aime cette peau laiteuse et ce teint rosé typiques de l’époque. Elizabeth est belle et radieuse. L’actrice a vraiment su donner ce mélange de fougue et de douceur propre au personnage. Quant à Colin Firth, est tout simplement parfait ! Il peut passer d’ homme froid et antipathique à l’homme le plus adorable au monde en un regard. Une sorte de main de fer dans un gant de velours.

tumblr_mku4rx5ycA1r4bv5fo1_250 tumblr_mku4rx5ycA1r4bv5fo2_250 tumblr_mku4rx5ycA1r4bv5fo3_250 tumblr_mku4rx5ycA1r4bv5fo4_250

Le respect du roman de Jane Austen : Il faut dire que son long format permet de ne manquer aucun moment fort de l’intrigue. Quand on aime une histoire on ne veut surtout pas voir des passages oubliés, le moindre détail omis nous semble alors pur sacrilège.

tumblr_n4w78gSoJs1sn9dmxo3_250 tumblr_n4w78gSoJs1sn9dmxo4_250 tumblr_n4w78gSoJs1sn9dmxo5_250 tumblr_n4w78gSoJs1sn9dmxo6_250 tumblr_n4w78gSoJs1sn9dmxo7_250 tumblr_n4w78gSoJs1sn9dmxo8_r1_250

Lydia : la jeune soeur de Lizzie est grandiose ! Julia Sawalha, qui incarne ce personnage, a très bien su s’en imprégner. Son personne gaie, spontanée, légèrement immature et à tendance nombriliste est très bien interprété. À 16 ans, elle est l’image même de l’adolescente qui veut tout et tout de suite sans prêter attention aux répercutions de ses actes.

Sans-titre---1

La manière subtile et parfaite qu’a Colin Firth de faire évoluer Darcy : La scène qui mérite d’être acclamée est celle de la visite de Lizzie à Pemberley. Les sentiments de Mister Darcy qui ont évoluer ne font que ce confirmer lors de ce séjour. Mister Darcy nous dévoile alors son air le plus bienveillant et tendre à l’égard d’Elizabeth. Explication : Georgiana, la jeune soeur de Darcy, est en train de jouer du clavecin lorsqu’elle entend parler de Mister Wickam, l’homme qui lui a brisé le coeur avant de tenter de lui « voler » sa dot. Et alors que Darcy est sur le point de réagir, c’est Lizzie qui vient en aide à la jeune fille. Ce dernier ne peut contenir sa joie face à tant de bonté et de gentillesse.

Mrs Bennet : La mère des filles Bennet est tout simplement grandiose ! Elle est l’image même qu’on se fait de son personnage en lisant le roman. Maniérée, imposante, extravagante, excessive et terriblement directive. Une véritable caricature supportée non sans mal par son mari !

35moz7c

La mise en avant du point de vue de Darcy : Dans le roman on est placé du coté de Lizzie, et dans les films il en est souvent de même. Cependant, la caméra se permet de nous montrer aussi ce qu’il se passe du coté de Darcy. On découvre alors un personnage tiraillé entre son coeur et sa raison, et cela nous fait l’aimer encore plus. On suit ainsi Darcy dans ses activités sportives censées lui faire reprendre raison, en vain. Et au final cette liberté prise avec le roman a sans doute crée l’une des scènes les plus cultes de « Orgueil & Préjugés », la fameuse scène du lac. Un grand moment d’émotion et d’hormones en ébullition (la chemise d’époque ça marche à tous les coup, et encore plus lorsqu’elle est mouillée).

Les costumes : Moi qui avait trouvé un certain manque de raffinement dans l’adaptation de 2005, j’ai ici été largement comblée. Les tenues d’Elizabeth sont à la fois simples et sophistiquées. Les couleurs pastel, les tissu vaporeux, les volumes travaillés avec subtilité. Je n’ai aucun reproche à faire !

tumblr_lyetw9EbMQ1qzu6rfo1_500 tumblr_m89jdv6Ldb1r94uu2o1_500tumblr_m7h6jly1Uv1qzu6rfo1_500

Ce que je n’ai pas aimé dans ce film

 tumblr_n0ql8hGewi1sb6tumo6_250

Jane : Décrite dans le roman comme étant l’une des plus belles filles de la région, on s’attend presque à voir apparaitre un ange blond. D’ailleurs la Jane de 2005 correspond tout à fait à l’idée que je me fait du personnage. Ici, Jane au mieux est mignonne. Je la trouve bien trop carrée et son physique n’est pas des plus doux. Heureusement son jeu d’acteur est très bien, et elle a su faire ressortir toute la douceur, pour ne pas dire la naïveté, de son personnage.

Lydia, je te le laisse !

Lydia, je te le laisse !

Wickam : Il en est de même avec l’acteur qui incarne Mister Wickam. L’officier au charme auquel il est difficile de résister. Personnellement quand je vois celui qui joue son rôle, je résiste très facile à son sex appeal ! Du coup on a mal à croire qu’on puisse être aveuglé par son charisme et son physique avantageux (ce qui n’est pas le cas avec le Wickam de « Lost in Austen »).

0

Orgueil & Préjugés (2005)

18461215

Résumé : Dans un petit village d’Angleterre, sous le règne de George III, Mrs. Bennet veut marier ses filles afin de leur assurer un avenir serein. L’arrivée de nouveaux voisins, Mr. Bingley et son ami Mr. Darcy, plonge Jane et Elisabeth dans des affaires de coeur tumultueuses. Cette dernière découvre l’amour en rencontrant le bel et aristocratique Darcy. Pourtant, tous deux devront passer outre leur orgueil et les mauvaises interprétations qui s’ensuivent avant de tomber dans les bras l’un de l’autre à la grande surprise des Bennet.


Mon avis : 3.5/5

Cette adaptation a été la première du roman que j’ai vu. C’est grâce à elle que j’ai découvert Lizzie et le fabuleux Mister Darcy, et je suis immédiatement tombée sous le charme. Les décors, l’ambiance brumeuse et romantique de la campagne anglaise, les musiques, les personnages et surtout l’histoire. Après avoir visionné le film, ma première pensée a été « Je dois à tout prix lire le livre ». Ce qui n’a pas tardé, et qui m’a fait tomber encore plus amoureuse de cette histoire !

Le problème c’est que ce film qui a été un coup de coeur au premier visionnage, s’est avéré un peu décevant une fois lu le roman. Cela dit tout n’est pas à jeter !

Ce que j’ai aimé dans ce film

Les paysages : La campagne anglaise est magnifiquement mise en valeur. Jamais pompeuse, au contraire tout est très naturel et semble être une sorte de métaphore de la personnalité de Lizzy Bennet qui est une jeune femme simple et sincère.

tumblr_maewptzmcc1qm57poo1_500PridePrejudice20052

La musique : cette dernière vient souvent s’ajouter aux vues, ce qui ne fait que renforcer l’ambiance magique et romantique de l’Angleterre du 18ème. D’ailleurs, depuis la bande originale me suit dans mon Ipod.

Deux scènes m’ont énormément marquée. Celle où Lizzie est sur le bord d’une falaise (Liz on the top of the world) et celle où Mr Darcy la retrouve à la fin (Your hands are cold). Matthew McFadyen, marchant dans la brume matinale, légèrement débraillé (peut-être un peu trop pour le rôle d’ailleurs, ce qui me fait plus penser à Heathcliff que Darcy). Ajoutons à ça le magnifique monologue de Mr Darcy. Quelle fille ne rêve pas d’entendre pareille déclaration d’amour ?!

tumblr_n3q0hmMf271rvnogho7_250 tumblr_n3q0hmMf271rvnogho4_250tumblr_n3q0hmMf271rvnogho1_250 tumblr_n3q0hmMf271rvnogho8_250tumblr_n3q0hmMf271rvnogho3_r1_250 tumblr_n3q0hmMf271rvnogho2_r1_250tumblr_n3q0hmMf271rvnogho5_r1_250 tumblr_n3q0hmMf271rvnogho6_r1_250

Matthew McFadyen : Ses yeux bleus et son regard de chien battu ne m’ont pas laissée indifférente. Il incarne très bien le Darcy torturé entre sa raison et ses sentiments. Mais encore une fois, question tenue j’aurais aimé avoir quelque chose de plus raffiné.

MMF Film Title: PRIDE AND PREJUDICE.

Keira Knightley : J’adore cette actrice, c’est une de mes préférées. C’est une habituée des rôles d’époque. Elle incarne très bien le coté jovial et naturel de Lizzie. Cependant, comme avec Mr Darcy, j’aurais aimé un peu plus de raffinement dans ses tenues. Bien que son personnage soit de condition modeste, elle n’en est pas pour autant une paysanne. Du coup la voir avec des jupons plein de boue naviguer parmi des porcs m’a franchement dérangée.

tumblr_n2s56s8Uio1r6zm9ao1_250 tumblr_n2s56s8Uio1r6zm9ao2_250tumblr_n2s56s8Uio1r6zm9ao3_250 tumblr_n2s56s8Uio1r6zm9ao4_250

Mister Bingley & Jane Bennet : Ils sont le couple so cute du film. Lorsqu’on lit le livre on ne peut s’empêcher de trouver adorable ces deux là, et donc aussi d’avoir de la peine lorsque le destin les sépare. Mais ce sentiment a quelque chose de bienveillant, comme un instinct maternel. Dans ce film il en est de même. Même si Simon Woods est tout à fait charmant (voire extremement), je n’ai pas eu de béguin à proprement parler. Lui et Jane sont le couple qu’on aime à voir ensemble sans une once de jalousie.

Ce que je n’ai pas aimé dans ce film

L’ambiance un peu trop campagnarde : Comme je le disais plus haut, même si les Bennet ne font pas partie de la haute société, ils ont quand même une bonne situation. Et les faire évoluer dans un paysage bien trop modeste est un soucis. On a l’omniprésence des animaux dans la maison (scène du cochon dans la cuisine), les tenues sont ternes, informes, limite sales. Il en est de même pour les coiffures. Cette style « paysan » trouve son paroxysme lors du premier bal à Meryton. On dirait qu’il a lieu dans une étable et qu’il s’agit d’une fête de village.

Un cochon dans la cuisine. Normal !

Un cochon dans la cuisine. Normal !

La rapidité de l’intrigue : Tout va très vite. Trop vite. Mais bon, c’est assez normal, en deux heures on ne peut pas tout mettre. Et faire des film de 5h pour une diffusion en cinéma est loin d’être évident. Donc je dirai que c’est un demi-point négatif.