La Colline des chagrins – Ian Rankin

Après la disparition de Flip Balfour, fille d’un puissant banquier d’Edimbourg, un minuscule cercueil en bois sculpté est retrouvé sur la propriété familiale.
Tandis que Rebus s’intéresse à des cercueils similaires exposés au Museum of Scotland, Siobhan Clark planche sur les énigmes proposées par un mystérieux Quizmaster, contact de Flip sur Internet. Le corps de la jeune étudiante ayant été retrouvé, reste à savoir quel est le lien entre Quizmaster et d’autres meurtres commis dans la région entre 1972 et 1995… Aux prises avec ses démons personnels, toujours plus attiré par l’alcool, Rebus joue contre sa hiérarchie avec une obstination quasi suicidaire.
Ici, Rankin pousse encore plus loin l’analyse de la mélancolie quasi pathologique du héros. La ville d’Edimbourg, sa beauté ténébreuse, son histoire – en particulier celle de la chirurgie – et son passé sanglant lui disputent le premier rôle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s